Histoires de sexe de voisins Histoires de sexe gratuites Histoires érotiques couples amateurs

Mike : Les gènes de la famille Chapitres 8

Mike : Les gènes de la famille Chapitres 8



Chapitre 8 : Ma future belle-famille

Elodie et Nath repassèrent de nombreux week-end et elles se sont relayées comme des putains de salopes pour avoir leur dose de sexe avant de retourner en cours. Quand les vacances de fin d’année sont arrivées Nath et moi sommes partis voir ses parents qui habitent à plus 500 kms d’ici.
Caroline cri de joie à la vue de Nath entrant dans la maison et coure pour embrasser sa fille. Nath finalement réussi à dire,
– maman, c’est mon fiancé, Mike. Mike, je te présente ma mère, Caroline.

Caroline sourit un court instant et rapidement me serre la main avant de dire brutalement :
– Donc tu es le garçon qui a séduit ma fille et qui va l’emmener loin de chez moi. Enchantée de te connaitre.
Elle ne semble pas vraiment enchantée de me rencontrer. Juste avant d’entrer Nath m’avais dit :
– mon père est coincé à Memphis à essayer de résoudre un problème énorme de programmation pour un client important. Il espère être ici dans 3 ou 4 jours.
Après avoir fini de transporter dans tous nos bagages et paquets, nous nous sommes installés dans la cuisine où sa mère et moi avons mieux fait connaissance. Finalement, j’ai dis,
– Wow Nath, je n’aurais jamais deviné que Caroline est ta mère, elle est beaucoup plus grande que toi ! Caroline rougit quand je dis ça et détourne son regard comme gênée de ce que je viens de dire.
– Oui, maman, comment se fait-il que je suis si petite ? Papa est grand et ma sœur est encore plus que toi !
– Je t’ai déjà dis que je n’aime pas parler de ta taille ! Et sa mère s’enfuie de la pièce avec des yeux remplis de larmes.
– Oups, je crois que j’aurais du fermer ma gueule ! Je suis désolé, je commence mal mes relations avec ta mère.
– Ne t’inquiète pas, chéri, elle va prendre sur elle, laisse-moi aller lui parler un peu.
Nath me donne un baiser rapide et va rejoindre sa Caroline me laissant espérer un retour à la normal.
– Maman, maman, je crois que nous avons besoins de parler.
J’entends dire Nath en entrant dans la chambre de sa mère et elle ferme la porte.
Plus tard, Nath me raconte la conversation entre sa mère et elle.
*************************
– Maman, chaque fois que quelqu’un fait un commentaire sur ma taille ou plutôt mon manque de hauteur de torse, tu par en vrille ! J’en ai marre et je voudrais savoir ce que tu me cache ! J’ai une maladie ou une malformation ! Tu n’a jamais dis quoi que soit sur ce sujet. Mais putain je suis une adulte et toi et moi pouvons mettre les choses au clair. Par moment, plus jeune, j’ai pensé que Papa n’était pas mon père pour que je ne sois pas aussi grande que les autres membres de la famille.
– si c’est ça, tu mets un panneau devant la porte qui dit ; Elle n’est pas la fille de mon mari ! Et comme ça tout le monde sera au courant et on n’en parle plus !

La maman de Nath essaye de l’interrompre, mais Nath continue sans se laisser intimider.
– Maman, j’aime mon père et je l’aimerais toujours, même s’il s’avère que ce n’est pas mon « père ». Alors vas-y, accouche et dis-moi ton secret qui te ronge.
Des larmes coulent en abondance sur les joues de sa mère et enfin elle répond :
– Tu as raison, Paul n’est pas ton père. Ma mère m’avait aussi parlé du conte de fées ou la belle jeune fille trouvait son étalon pour combler ses envies sexuelles, et je pensais que Paul était celui-ci. Puis, je suis tombée enceinte de Martine et nous nous sommes mariés. Il a été bon, mais je sais qu’il n’est pas mon étalon ; C’est juste un homme avec une très grosse bite qu’il utilise seulement pour boucher le plus de trous qui tombent sous sa queue et se faire plaisir. Je sais qu’il a commencé à me tromper quand Martine avais tout juste un an, et alors j’ai commencé à chercher mon étalon ailleurs.
Ton père a eu de nombreuses aventures, plus que moi, et je n’ai jamais pu le ratt****r ! Un de mes amants avait la plus grande bite que j’ai jamais vue et je la voulais dans ma chatte. Et bien je l’ai eue sa grosse bite ! Ma chatte avait le double de largeur après qu’il m’eu baisé.
Je n’ai vraiment pas pris mon pied la première fois alors j’ai réessayé et au lieu d’atteindre le nirvana je me suis retrouvée enceinte. J’espérais que tu étais de Paul, mais quand tu as grandi, je savais que c’était M. Grossebite car il n’était pas très grand lui aussi. Le pire…je ne me souviens même pas de son nom ! Dieu, je suis une vraie salope !
– Non, maman tu ne l’es pas ! Tu cherchais seulement ton étalon, ton Monsieur Pénis à toi. Et bien moi… je l’ai trouvé ! J’ai trouvé notre étalon familial !
Caroline regarde sa fille à travers ses larmes avant de dire,
– Non, Nath, je ne pense pas que ça existe. C’est juste un conte de fées ! Ma grand-mère n’en a jamais trouvé un, j’ai bien sûr cherché aussi et Martine à même pensé qu’elle l’a trouvé avec Michel et elle c’est mariée. Mais Michel est juste un autre gros connard avec une belle bite mais il ne sait pas s’en servir !
S’il te plaît ne te met pas à rêver avec cet homme, Mike. Il va te briser le cœur.
– Il ne faut jamais dire que ça n’existe pas, mère. Je sais qui il est, je l’ai essayé, et pas que moi d’ailleurs, et il va me rendre la femme la plus heureuse au monde ! Il suffit de lui donner sa chance, s’il te plait maman.
– Bien ma fille, je lui accorde quelques jours pour qu’il fasse ses preuves. Mais je ne promets rien. Et merde, au moins tu ne te feras pas baiser par Paul en pensant que c’est lui ! Ooouuups !

– QUOI ! Qu’est-ce que ça sous entend ?
– Merde, j’aurais du fermer ma grande gueule ! Putain…maintenant je dois tout te dire ! Avant que Martine et Michel se rencontre ta sœur a séduite son père et ils baisaient tous les deux lorsque je n’étais pas au domicile. Elle l’a baisé plusieurs fois avant de se rendre compte qu’il n’était pas celui qu’elle cherchait. Maudit conte de fées ! Elle m’a tout avoué ! enfin moi, j’étais énervé contre elle mais je ne pouvais pas lui reprocher, elle cherchait juste ce damné étalon mythique !
– Ne t’inquiétez pas, maman, je te dis que je l’ai trouvé, et nous allons être heureux !
– Eh bien, j’espère que vous serez heureux, Nath, Dieu sait que c’est beaucoup mieux que d’être simplement confortable en ménage !
Ils ont parlé d’autres choses, comment nous nous sommes rencontrés, Nath a ignoré les parties juteuses, et comment elle venait me…nous rejoindre les weekends et ainsi de suite. Enfin, elles sont réapparues ensemble toutes les deux avec des sourires sur leurs visages.

Je lisais un roman de Stephan King, quand ils sont sortis et je leur dit,
– Caroline, Paul a appelé pour dire qu’il avait réglé le problème informatique et serait maison demain matin avant d’aller au bureau.

La maman de Nath dit d’une voix tremblante et je crois comprendre :
– Vraiment, je suppose que cela signifie que sa putain n’était pas disponible
Et sa voix diminue de volume pour dire quelque chose qu’elle ne veut pas que j’entende. Puis elle s’approche de moi et me donne un câlin pour la première fois en disant :
– Merci Mike et bienvenue, euh, dans la famille. Elle rougit légèrement et je vois des petites perles de sueur sur son front quand elle a continue,
– Oh je…je me sens drôle. Je pense que j’ai besoin de m’allonger pendant un certain temps.
Nath aide sa mère à s’allonger sur le canapé et Caroline regarde sa fille en souriant bizarrement et avec un étrange et perplexe regard.

Plus tard, Nath et sa mère préparent le souper et j’entre dans la cuisine pour voir comment ça va.
– Muuummm, quelque chose sent bon par ici,
Nath me regarde puis avec un petit cri de joie elle me saute au cou pour m’embrasser sur les lèvres. Quand elle cesse son baiser je lui dit,
– Je vais dire çà toute la journée si tu réagis toujours comme ça !
– Maman, regarde ce que j’ai trouvé sous le GUI ! Allez maman, viens là !

Caroline regarde au-dessus de ma tête et sourit en disant :
– C’est toi qui es dessous, il t’appartient de faire ce que tu veux avec.
– Ah bon ! Alors viens ici car tu as besoin de faire mieux connaissance avec Mike !
– NATH ! s’écria Caroline, mais elle essuie ses mains et s’approche de moi, et avec un autre regard sur le gui.
– Mon grand garçon, maintenant, tu es vraiment le Bienvenue dans la famille,
dit-elle avant que ses lèvres légèrement humides me donnent un baiser plutôt maternel.
Doucement, je glisse mes bras autour d’elle et je la tiens légèrement par la taille en prolongeant le baiser avec une pression légèrement accrue. Soudain elle me pousse en balbutiant:
– Oh mon…je dois… pour…retourner…à notre s…souper.
Nath m’a fait un petit sourire et ensuite aider sa maman. En les regardant j’ai remarqué que Caroline ralentie quand elle passe sous le GUI, et dès que nouveau elle est située en dessous je vais vers elle et la saisit par ses hanches,
– A mon tour, sous le Gui.
Je l’embrasse, doucement tout d’abord avant d’augmenter lentement l’intensité de mon baisé. Quand je commencé à glisser ma langue dans sa bouche, Caroline pousse la sienne dans la mienne et ses bras étroitement enroulé autour de moi, nos corps se réunissent.

Ses bras caressent mon dos tout comme son pubis pressé et serré sur mon sexe déjà un peu gonflé. Tout à coup elle me repousse loin d’elle en disant :
– Oh mon Dieu ! Je suis désolée Nath, je ne devrais pas avoir agi comme ça ! Je suppose que je m’ennuie de ton père plus que d’habitude ce soir !
Nath enroule ses bras autour de ma taille en disant :
– Non, maman, je ne pense pas que ce soit ça ! Ce n’est pas du tout ça ! Et tu n’as pas à être désolé, non plus. Je suis certain que tu as envie de Mike et même qu’il te prenne plusieurs fois avant que nous repartions de la maison. Et ça, je pense que ça te perturbe l’esprit !
– Non ! Enfin si ! Je suis vraiment confuse ! Je ne comprends pas ce qui m’arrive ! Tu ne devrais pas dire de pareilles choses ! Mais…c’est plus fort que moi, ton fiancé m’attire comme un aimant.

Dans les deux prochaines heures elle évite soigneusement de passer sous le Gui.
Mais cette coquine de Nath m’a poussé dessous et elle a rapidement quitté la salle avant que sa mère se retourne. Caroline me regarde, là debout et jetant un regard autour d’elle et voyant que nous sommes seuls elle vient vers moi en gémissant et disant :
– Oooh, bien ! Je crois qu’il faut que je me dévoue étant la seule dans la pièce !
Elle commence un petit bisou sur la joue mais le bout de sa langue glisse lentement jusqu’à ce qu’il trouve mes lèvres et, rapidement, en se collant à moi sa langue danse sauvagement avec la mienne.
Nath arrivée discrètement nous prend par la taille en disant avec un petit sourire :
– Alors, on s’amuse sans moi ?
Caroline se retire loin de moi en balbutiant,
– Oh mon Dieu, merde, oh, j’ai, oh, j’ai encore craqué ! Je suis tellement désolée ma chérie !
Nath s’approche de nous deux et nous donne a chacun un baiser et attirant sa mère vers moi lui dit :
– Alors fais-lui un baiser pour te faire pardonner !
Et Caroline, instinctivement, m’embrasse de nouveau avant de dire :
– Oh mon Dieu pas encore ! Et elle sort en courant de la pièce.
Plus tard, quand nous sommes allés préparer les chambres Nath a crié,
– Bordel de merde ! Maman ! Mike ne va pas dormir dans la chambre de Martine ! Mike partagera mon lit ce soir ! En outre, Martine et Michel vont bientôt être là ; est-il censé dormir avec eux ?
– Nath ! Tu veux bien arrêter de dire des bêtises !
De plus je ne suis pas toujours à l’aise avec ta sœur et son mari !
– Putain ! Arrête maman ! Martine n’est pas née de la dernière pluie et je me demande d’ailleurs si elle ne fait pas cocu Michel ! Aller, bonne nuit Maman, fait de beaux rêves !
Sa mère est sortie en claquant la porte de la chambre à coucher.

*************************
Coucher dans notre lit je lui dis,
– Eh bien, C’était mal parti mais je crois qu’on va finir pas s’entendre. Mais ta mère doit avoir des problèmes avec sa libido. J’ai vraiment l’impression qu’elle est en manque de câlins.
– Laisse ma mère tranquille, c’est moi qui suis là
Nath se blottie contre moi, sa main trouvé ma bite molle et me caresse rapidement jusqu’à sa complète érection. Nath jette un coup d’œil sous le drap et dit :
– Aaah, voilà ce que je cherche ! Baise-moi Mike, j’ai besoin de cette belle bite et de sa liqueur pour passer une bonne nuit. Baise-moi aussi longtemps que tu le peux !
Je roule au-dessus d’elle et facilement ma bite glisse dans sa chatte déjà mouillée et les cuisses grandes ouvertes elle commence déjà à gémir de bonheur.
En maintenant la plus grande partie de mon poids hors d’elle, je commencé à pistonner lentement son vagin mais ce n’est pas ça qu’elle veut. Dans un doux grognement, elle dit :
– bon sang, j’ai dit “Baise-moi !”. Je veux sentir la grosse queue de mon étalon me remplir totalement. Je veux une baise brutale, Mike, défonce moi… OOUUF, oh oui ! Comme ça !
Mes hanches et mon pubis claquent sur elle plus durement que jamais et en moins de cinq minutes elle crie ;
– OH mon Dieu, oui ! JE JOUIIIIISSSS ! OH PUTAIN ! TA BITE ME FAIT JOUIIIRRRRR !
Ses cuisses m’enserrent la taille quand elle a son orgasme et elle n’arrête pas de crier :
– OUIIII…AAAHHHH…AAAGGRRR… LA VACHE ! C’EST BOOONNNN !
Enfin, elle se calme et toujours entouré de ses jambes et ma bite profondément enfoncée et baignant dans son jus elle me dit :
– OH merde ! Qu’est ce que c’est bon ! Continue mon amant merveilleux ; J’ai besoin de sentir ton sperme remplir ma chatte et surtout n’arrête pas avant que je te dise que je suis pleine de toi !
Elle va etre servie ! Mais avant j’ai encore envie de me repaitre de son corps, de son con et de son jus brulant. Deux fois de suite, la maison résonne de ses cris d’extase et Nath en demande toujours plus !
Apres son dernier cri de plaisir Nath me dit :
– mon Dieu, arrête ! Je ne veux plus jouir ! Tu vas me faire mourir !
– Chérie ! Toi, peut-être, mais moi j’y suis presque.
Tout en parlant je bouge ma queue très doucement dans sa chatte étroite et avec un sourire elle met sa tête en arrière et se laisse aller à cette douce caresse de ses chairs excités
Lentement, je glisse ma main entre nos deux corps et bientôt mon pouce et mes doigts trouves son clitoris dur de la roche. Son petit corps est secoué à mon premier contact de son bouton d’amour. Je l’embrasse doucement et murmure :
– juste encore une fois, mon amour, je sais que tu le peux et que tu le veux.
Sa tête roule d’un coté à l’autre quand je pince son clito tandis que ma bite s’enfonce le plus loin possible. Soudain elle soulève sa tête et gronde,
– Salaud, putain de salaud ! T’as raison vas y… baise moi encore et fais moi encore jouir ! Mais ce coup ci je veux ton foutre !
Je reprends mon pilonnage en elle et elle a att**** mes épaules fermement et au fur et à mesure que son excitation augmente, je sens ses ongles qui s’enfoncent dans ma peau.
Nath, en même temps me bouffe littéralement la langue et ses muscles intimes broient ma bite
– Oh Seigneur, Tu vas encore m’éclater ! Et criant plus fort et le corps convulsé par des spasmes :
– Vas-y jouis ! Baise-moi à fond et remplis-moi de ton sperme ! Oh Dieu, je suis toujours entrain de jouiiirrrr ! Oui, Voilàaaa ! Je te sens ! Aaaahhhh que c’est boooonnnn !
Criait-elle quand ma première salve explose contre son utérus enflammé
– MON DIEU OUI ! Remplis-moi, remplis-moi avec ton sperme ! Oh Dieu, je jouiiiiss de nouveau ! Oh, oh, oh, oh, oh, oh, oh, OH, OH, OOOOOOOHHH BAIIISEEEEE-MOIIIII ! OUIIIII JE JOUIIIIISSS !
Complètement vidé je m’affaisse sur son corps en sueur et malgré ma bite encore enfoncée dans son puits d’amour je sens que sa déborde de tous les cotés de sa chatte.
– Oh Nath, T’es merveilleuse ! Tu es ma déesse de l’amour. J’aime te faire jouir ! Ça m’excite et ça accentue ma propre jouissance. Je ne me lasserai jamais de faire l’amour avec toi !
Mes lèvres trouvent les siennes, et nous partageons un baiser passionné.
Par contre, tu as du réveiller tout le monde.
Je pense qu’il, et surtout, elles, n’ont eue au qu’un doute sur ce que nous avons fait.
– Oh, tu sais Mike, moi je pense plutôt que ça leur a donné des idées et des envies. Si elles apprennent que tu as baisé avec ta mère, ta sœur, ta tante et ta , je pense qu’elles vont prendre un ticket pour leur tour.
Arrêtant de nous embrasser passionnément je commence à retirer ma bite de sa chatte quand elle dit,
– non, ne te retire pas ! J’aime garder et sentir ta bite à l’intérieur de moi, s’il te plait mon chéri, laisse-là moi encore.
Je bascule sur mon dos en gardant Nath au-dessus de moi toujours empalé sur mon pieu. Elle me donne un baiser sur le nez et elle dit :
– Merci chéri, je te dirais quand je serais prête à la lâcher.
– Prend tout ton temps mon cœur, si tu ne le sais pas encore j’aime ta chatte qui entoure ma queue comme ça. Tu peux me la garder aussi longtemps que tu veux.
Elle blottie sa tête sous mon menton et au rythme de sa respiration je sens qu’elle ne va pas tarder à s’endormir.
Le silence étant revenu dans la chambre je peux entendre la porte se refermer et je sais que c’est sa mère qui nous a regardés faire l’amour, sans doute attirée par les cris de sa fille.

Quand je me réveille, Nath légèrement sur le coté se réveille aussi et voyant mes yeux ouverts, murmure :
– Bonjour mon bel amant, je sens quelque chose de gros et dur qui cherche la porte d’entrée.
Je l’att**** et je passe sous elle et comme un chien qui rentre dans sa niche, ma queue vient se placer à l’entrée de sa chatte et elle n’a qu’un petit coup de cul à donner pour qu’elle se mette bien au chaud.
– Oooohoooh ! Putain qu’est ce que je suis sensible ! Tu m’as sacrément baisée hier soir, mais j’ai besoin d’une pause pendant un certain temps.
Je cesse de bouger, mais les dommages sont trop graves car tout à coup, elle gémit doucement :
– Oh mon Dieu putain de salaud, je suis en train de jouir !
J’essaye de rester immobile mais elle s’agite et se tortille sur moi jusqu’à ce quelle obtienne son orgasme entrainant également mien. Je libère mon foutre dans un meuglement de taureau en rut.
Une fois calmée elle retire sa chatte de ma queue et hors de moi, libère un geyser de lave blanche qui jailli de trou à bite grand ouvert.
– Waouhhh, ça coule de partout !
dit-elle en plongeant rapidement entre mes cuisses pour me nettoyer avec ses lèvres et la langue. Une fois convaincue qu’elle a tout léché elle me regarde me disant :
– Voilà, tout propre de nouveau ! Maintenant je pense que j’ai droit à quelque chose de plus frais.
Et elle avale ma bite qui n’a pas encore débandée et se l’enfonce dans sa gorge. Elle exerce son talent avec sa bouche et sa langue qui me travaille comme une pro et en 15 minutes environ, elle repose son menton sur mes couilles pendant que j’envoie plusieurs giclées de sperme dans sa gueule d’ange.
Elle avale tout comme une bonne salope qu’elle est devenue et conclue :
– Dieu Mike, j’aime le goût de ton sperme ! Je te l’ai déjà dis mais j’ai l’impression que c’est toujours meilleur ! Je recommence quand tu veux. J’aime te sucer la bite et j’adore vraiment quand tu te donnes en moi et dans n’importe quel trou !

Nath se met sur le bord du lit et me dit :
– Reste là comme çà, tu es beau tout nu avec ta grosse queue qui pend. Fais semblant de dormir, je vais aller demander à ma mère qu’elle vienne te réveiller.

– …quoi ?
– Mike, je n’ai aucun scrupule à te partager avec toutes les femmes de ta famille, OK ?
Je hoche de la tête pour accord.
– Bon… alors… j’aime ma maman et ma sœur tout autant que tu aimes les tiennes. Si elles ont envies de baiser avec toi je me dois de les encourager.

Je rigole et regardant en l’air je vois du Gui juste au dessus des oreillers.
– Oui, j’ai vu aussi. Je ne pense pas que maman voulait vraiment que tu dormes dans la chambre de Martine ! Et je ne serais pas surprise qu’elle veuille passer la nuit prochaine avec toi !
Nath prend un bout du gui et prend ma bite en bouche pour la raffermir. Puis elle pose le gui sur ma queue
– Là, essaye de la garder comme çà.
Dit –elle en saisissant la feuille et la place de façon à ce que la moitie de ma bite dépasse devant.
Elle arrête d’admirer mon gland en entendant du bruit en bas.
– Oh chouette, j’entends mon père ! Je vais le voir avant qu’il parte au bureau. Il ne sera pas longtemps à la maison car maman pense qu’une de ses copines va être disponible d’ici peu. Aller, tourne la tête et fais semblant de dormir.

Chapitre 9 : Caroline, sa mère.

Nath descend et se dirige vers la cuisine. Avant d’y entrer, elle entend ses parents discuter de son voyage et du brusque retour à la maison.
– Bonjour maman ! Salut papa, c’est si bon de te voir ! Elle fait un gros câlin à son père, puis elle embrasse sa maman.

Nath boit rapidement un verre de jus d’orange puis regarde son père et dit,
– on dirait que tu es déjà en route pour ton bureau. Je vais t’accompagner un peu. Maman j’en profiterai pour faire un jogging, tu pourras aller réveiller Mike pour moi ? Il ne va quand même pas dormir tout le temps qu’il est là. Je reviens dans environ une heure. Merci maman, aller papa on y va.
Caroline, pensive se demande pourquoi sa fille n’est pas descendue avec Mike et, en pensant a Mike, elle se rappelle les cris presque ininterrompue de sa fille, la nuit dernière, sous les coups de pine de son amant. Elle a même caressé sa propre chatte deux fois et elle a jouit en même temps que sa plus jeune fille !

Toujours dans sa robe de nuit un peu transparente, Caroline se dirige vers la chambre de sa fille et frappe doucement à la porte.
Pas de réponse. Elle saisit la poignée de la porte, prend une profonde inspiration et ouvre la porte puis rentre à l’intérieur. Elle a le souffle coupé quand ses yeux tombent sur la partie exposée de sa bite.
– Mike, il est l’heure de se lever. Dit-elle doucement.
Mike ne bougeant pas d’un poil elle s’avance vers le lit qui est tellement large quelle se penche pour lui toucher l’épaule et répéter :
– Mike, réveille-toi…
Je fais un de mes meilleurs ronflement et je sens, je devine, que ses yeux sont braqués vers mon entrecuisse découvert.
Je la sens haleter et même gémir tout doucement :
– Mon dieu…à quoi je pense…
Je ronfle encore un peu et pose dans mon soi-disant sommeil, mon bras sur mon visage en couvrant mes yeux.

Caroline tend la main et me caresse la poitrine en disant doucement :
– Mike, faut se lever…
Je ne réagis toujours pas et sa main glisse lentement vers mon bas-ventre, où encore une fois elle s’arrête et redit doucement,
– Mike…debout jeune homme…
Elle me secoue légèrement encore une fois et comme je ne réponds pas, sa main de nouveau glisse plus bas pour se retrouver sur ma bite en pleine érection.
– Oh mon Dieu, Qu’est ce que je fais ?
Elle caresse doucement ma bite et murmure :
– Pas étonnant que tu sois tellement fatigué, tu as dû donner tout ce que tu pouvais pour faire jouir ma fille comme ça.
Et elle continue pour elle-même. « Caroline, arrête de te comporter comme une salope, il est le fiancé de ta fille ! Mais Dieu, tu as une belle bite ! Oh mon Dieu, je ne dois pas faire ça à ma fille !
La respiration sifflante elle reste là à regarder ma grosse bite, lève les yeux et aperçois enfin le gui qui recouvre le haut de ma queue ce qui lui fait dire doucement :
– Caroline, tu dois baiser ce qui se trouve sous le GUI, c’est la tradition !
Cela dit, elle se penche en avant et englobe de ses lèvres la totalité de mon gland dans sa bouche humide chaude. Nous gémissons de concert et elle momentanément avant de continuer.
Habilement, elle tourbillonne sa longue langue autour et le long de ma pine en insistant sur le prépuce replié en forme de couronne, ce qui me fait gémir à nouveau.
Je commence à faire semblant de me réveiller, ce qui ne l’empêche pas d’avaler entièrement ma bite et je ne peux retenir un fort gémissement.
Caroline retire sa bouche de ma bite et regarde sa salive qui l’entoure et l’a rend luisante, encore plus appétissante. Elle balance une jambe et se positionne à cheval au dessus de ma queue droite comme un menhir.
Elle att**** ma bite et la positionnant entre ses grandes lèvres elle gémi,
– pardonne-moi Nath, je ne peux plus résister ni attendre ! Mike, s’il te plaît reste endormi, surtout ne te réveille pas !
Et lentement elle descend sa chatte sur mon pieu en gémissant :
– Oh mon Dieu, c’est incroyable ! Qu’est-ce que t’es gros ! Tellement énorme ! Oh Nath, je suis désolé mais je viens de le faire ! Je baise ton fiancé !
Son dernier mot vient de quitté ses lèvres qu’elle commence à monter et descendre sa chatte sur ma bite en me prenant entièrement dans sa chatte chaude et fumante avant de se retirer presque complètement hors de moi. Après son quatrième ou cinquième empalement complet je déplace mon bras et mes yeux grands ouverts je lui dis :
– Bonjour Caroline ! J’aime la façon dont vous me réveillerez !
Mes mains att****nt rapidement ses hanches, l’empêchant de se soulever hors de moi comme elle en avait l’intention.
– Lâchez-moi ! Vous ne pouvez pas me forcer à baiser maintenant. Lâche-moi, crie t elle en luttant pour soulever ses hanches.
– Vous savez bien que vous n’en avez pas envie Caroline. Je dormais en rêvant de vous et je me réveille pour voir votre beau visage et votre corps en train de faire de l’équitation sur ma bite en gémissant comme une folle et vous avez le culot de dire que je ne peux pas vous forcer !
Je la maintiens fermement en place jusqu’à ce qu’elle s’abandonne et commence à bouger du cul de nouveau.
Je lève rapidement ma main gauche et saisit son téton droit à travers sa chemise de nuit et elle couine de plaisir quand je le presse et le tord.
Elle continue de gémir de plaisir mais je l’a soulève et la pose sur le coté du lit prés du mur.
– Quoi… pourquoi ? Dit-elle en état de choc.
– Ben, c’est évident ! Caroline. Je dois te laisser partir ! Mais c’est quand même à toi de décider ! Tu pars ou tu rampe sur moi et t’assume la situation ! A toi la décision !
Elle regarde ma bite bien tendue et brillante de son jus et quelques secondes suffisent pour faire son choix.
– Oh Doux Jésus, Pardonne moi et toi aussi Mike, pour ce que tu as fais de moi !
La mère de Nath a crié ça rapidement et elle c’est jetée sur moi en guidant ma queue pour tomber d’un seul coup et venir frapper sa chatte sur mes couilles.
– Oh Dieu que c’est bon ! Oh Mike, fais-moi jouir s’il te plait, je sais que tu peux le faire ! Vite, Mike, Nath sera bientôt de retour et je ne veux pas qu’elle voit ça !
Une de mes mains caresse son dos pendant que l’autre joue avec ses deux seins et elle halète,
– Oh…Ouiiiii…lààààààààà… oh Nath, mon amour, je suis désolé ! Je t’aime mais je n’ai pas………..

Nath, les yeux dans ceux de sa mère surprise et effrayée, monte sur le lit à côté d’elle et repousse ses hanches sur mon pieu à moitié sorti de sa chatte baveuse et lui dit :
– Maman, je voulais que cela se produise ! Tu as besoin de sa queue. Je t’ai dis que j’ai trouvé « Monsieur Pénis ! » Et je t’ai dis aussi que j’ai trouvé notre étalon, rappelle-toi ? »
Caroline secoue la tête « non » et Nath continue,
– J’ai bien fait, et même si c’est mon fiancé, je voulais que toi et Mike fassiez l’amour de la manière dont tu as besoin pour être aimée. Pas comme papa te baise, pas comme un de ces innombrables autres gars que tu as baisés pour voir si tu trouvais la bonne bite !
Les yeux de Caroline passent des miens à ceux de Nath plusieurs fois avant que je commence à bien enfoncer ma queue dans sa chatte contractée.
– Fais-moi confiance maman, tu ne le regretteras pas et moi non plus !
Et elle embrasse sa mère sur les lèvres en enfonçant sa langue et Caroline répond instinctivement à son baiser. Puis elle se tourne vers moi et m’embrasse tout aussi passionnément.

– Mais, il est ton………..
– Maman, ferme là ! Ton corps à besoin de sa bite ! Tu la sens bien n’est ce pas ? D’ailleurs je vois bien que personne ne te tiens en ce moment et que tu es complètement empalée sur sa belle bite ! Alors passe un bon moment et fais toi plaisir, découvre ce que Mike et sa queue de taureau peux faire pour toi ! Lorsque vous aurez terminé, tous les trois nous auront le temps de parler !
– Allez maman, baise jusqu’à demander grâce à ce bel étalon ! Jouis à en mourir de plaisir et puis tu me rends Mike car moi aussi je veux sa grosse queue !
Avec un sourire, elle saute hors du lit et marche vers la porte, mais avant de sortir elle se retourne et dit :
– Oooohhhh, maman, tu es tellement sexy comme ça ! Aimez-vous tous les deux! Je vous vois plus tard.
Caroline me regarde et elle me dit :
– Je…J’ai…… Je ne comprends pas ce qui vient de se passer.
Pour toute réponse je balance brusquement ma bite au fond de sa chatte et je redouble mon coup.
– Oh mon Dieu que c’est boooonnnn !
– Eh bien, ma belle dame, c’est ce que Nath, ta fille veut ! Elle a vite pigée ce que tu as besoin et je crois bien que je peux te le donner ! Alors…profite…baise…bouffe…suce…et grimpe aux rideaux !
– Mais comment peut-elle être sûre ? J’ai souvent pensé que j’avais trouvé ce que je cherchais et plusieurs fois, mais sans succès. Martine a fait pareil que moi et tout ce qu’elle a récolté c’est un gros con qui baise mal.
– Nath a dit que nous parlerons lorsque tu auras fini de baiser avec moi. De mon point de vue, tu n’as pas encore commencé. Maintenant, mets tes questions de coté et donne-toi du plaisir.
Je tire sur sa chemise de nuit et elle l’a retire par dessus de sa tête, apparaissant nue au-dessus de moi.
– Mon Dieu, Caroline, ton corps est de toute beauté !
J’att**** son mamelon gauche dans ma bouche et je le suce sauvagement. Cela déclenche le départ d’une grande baise et elle se déchaine sur ma bite comme si sa vie en dépendait.

Elle se soulève très peu comme si elle avait peur de perdre ma bite ou de moins la sentir. Elle remue plutôt d’avant en arrière ou sur les cotés mais le plus souvent elle garde ma bite fermement planté au fond de son vagin et elle comprime ma queue en la secouant. Apparemment elle se donne des sensations assez fortes car il ne lui faut pas moins de trois minutes pour qu’un orgasme traverse son corps et la secoue toute entière.
La contraction de sa chatte est si importante que j’ai l’impression qu”un étau écrase ma bite pourtant bien dure.
Elle semble néanmoins contrôler sa jouissance car elle exprime celle-ci par des cris assez doux.
– Huuuummmm… Aaaggrrreeeee…Ouuuhhhhh… AAAaahhhh, mon Dieu…
Et ce, pendant toute la durée de ses spasmes dans ses muscles internes qui entourent ma bite qui résiste encore.
Elle saisit mes épaules fermement pour laisser son orgasme s’envoler et puis elle pousse un long soupir de soulagement après son dernier spasme.
– Doux Jésus que c’était bon ! Je n’ai jamais jouis comme ça! Aussi fort et aussi longtemps! Dit-elle avant de se pencher et de m’embrasser.
– Merci à toi…non! A vous deux de m’avoir donné cette jouissance incroyable. Je vous aime!
Elle commence à se soulever pour se désaccoupler mais je la surprends en la tenant serrée contre moi et en la basculant pour me mettre au dessus d’elle.
– Tout d’abord, vous êtes merveilleuse quand vous jouissez. Deuxièmement ce n’est plus la peine de me remercier car vous n’avez pas encore fini de jouir ce matin, et j’espère bien que vous ne pensez même pas que nous avons terminé!
– Mais je vous ai entendu hier soir ! Vous devez être vidé ! Ta bite doit être à sec maintenant!
– Je suis encore loin d’être vidé comme tu le dit! Tu la sens ma bite? Toujours gonflée à bloc! Et ne te soucie pas de savoir si j’ai les couilles vides, cela ne m’est jamais arrivé!
Et sur ces derniers mots je commence à la baiser lentement en faisant aller ma bite dans sa chatte super humide et après environ une minute, Caroline enveloppe ses longues jambes autour de ma taille,
– OK, mon étalon, voyons voir si tu dis vrai! Baise-moi comme tu veux mais c’est moi qui vais te faire jouir !
Je l’embrasse à nouveau mais je ne quitte pas sa bouche et laisse nos langues faire plus ample connaissance pendant que mes poussées successives augmentent de puissance, la base de mon pénis frappant contre son clitoris à chaque fois que je m’enfonce à fond dans sa grotte d’amour.
Caroline me tient toujours serré contre elle et un long gémissement lui échappe malgré nos bouches toujours collées l’une contre l’autre. Il me semble qu’elle se refuse à lâcher ma langue pendant que je lui laboure sa chatte.
Après environ cinq minutes, ses jambes qui m’enserrent quittent mes hanches et elle commence à s’agiter sporadiquement.

Elle pousse un profond soupir, et je profite de cet instant pour déposer mes lèvres sur son sein droit et son téton de presque 2 cm de long et de l’aspirer pour le téter comme un enfant.
Cette double excitation de son corps provoque la réaction escomptée et arquant son dos pour s’empaler complètement sur mon pieu elle crie:
– Oh…Mike, je vais… Je… Oh putain ça vient! Je vais jouir! Oh oui mon Dieu, doux Jésus… je…Jouiiiiiiiiiiiiiissssssssssss !
– Ne te retient pas, Caroline…je te l’ai dit! Ce n’est que le début de tes jouissances ! Profites-en pleinement!

Ses hanches viennent frapper mon corps, je la baise maintenant à toute vitesse et je vois son visage déformé par un délicieux bonheur.
– Oh merde ! Oui, baise-moi ! AAaahhhh…Ouiiiiiiiiii ! Plus fort ! Putain de salaud, vas-y ! A fond! BAISE-MOI PLUS FORT ! Oooohhhh… merde, merde, oui, prends moi encore! Et fais-moi jouir! AAAAhhhh, Ouiiiiiiiiii, je jouuuuuiiiiissssssss !
-Stop! Arreeeeete ! Noooonnnnn…
Je ne tiens pas compte de ce qu’elle crie et je continue de la prendre sauvagement en venant frapper son pubis à chaque coup de queue.
Je m’immobilise un instant, ma bite bien au fond de sa chatte et mord doucement un de ses tétons qui me semble encore plus long. Dans le même temps, je glisse ma main entre nous et un de mes doigts titille son clitoris.
Bien que sa chatte soit encore sous l’effet de son dernier spasme elle se raidit et hurle:
– Oh mon Dieu ! Tu me refais encore jouir! Merde, merde, merde, merde, ça repart! Ouiiiiiiiiii ! C’EST BON ! Tellement bon. Ouuuiiiiiiiiiii…. AAAAAAHHHHHHHH ! OH DIEU …OH MON DIEU, J’AI…J’AI…OH NOOONNNN! STOP ! OUIIIIIIIII !

La tète de Caroline roule d’un coté à l’autre et elle essaye d’échapper à ma bite mais je ne la lâche pas. Ses cris de bonheur se transforment en des gémissements et des forts grognements inintelligibles, pendant que son corps tremble violemment sous le mien et que ses jambes verrouillent de nouveau mon corps.
Ses mains tombent mollement sur le lit et je crois un instant qu’elle c’est évanouie, mais non, elle a seulement perdu toute capacité à contrôler ses membres. Ses jambes sont restées serrées autour de mes hanches uniquement à cause du chevauchement croisé de ses pieds.

Caroline lentement rouvre ses yeux et me regarde hagarde et incrédule. Par deux fois elle essaye de parler mais rien ne sort. Au troisième essai elle peut enfin doucement haleter;
– Putain! Qu’elle baise! C’était l’enfer et le paradis en même temps! Comment tu fais ça!
Elle s’arrête car son corps tremble de nouveau et en gémissant elle continue;
– oh mon Dieu…J’ai été baisée par beaucoup d’hommes, mais jamais je n’ai ressenti ça ! Comment fais-tu… ce que tu m’as fait… c’est…oh mon Dieu…
– Je suis content que ça t’ait plu.
Et je me soulève pour me retirer de sa chatte.
– Oh non, ne par pas! Pas toute suite…
Elle continue ses supplications mais je retire ma bite du trou béant de sa chatte. Elle allait arrêter de se plaindre quand je la fais basculer sur ses mains, et je la mets sur ses genoux pour pousser, de nouveau, ma queue entièrement en elle,pour la prendre en levrette
– ooooooohhhhhhhhhhh…Ouuuiiiiiiiiiii…baise moi comme çaaaaaaaaa! Oh Mike, j’adore cette position ! Comment as-tu deviné?
Sans lui répondre, j’att**** ses hanches et je la pistonne dans une méga levrette en m’enfonçant à fond dans sa chatte.
Moi aussi, j’aime cette position qui me permet de bien voir ma grosse queue pénétrer dans son vagin en écartant ses lèvres intimes qui roulent vers l’intérieur de sa grotte quand je pousse et qui ressortent pour s’épanouir comme les pétales d’une fleur quand je retire ma bite.
Je n’étais pas certain si son corps pouvait encore accepter mon énorme bite une fois de plus, mais quand elle aussi, bougeait son cul pour venir frapper mon pubis, la question ne se posait plus!
C’était l’un ou l’autre qui s’enfonçait à fond. Quand c’était moi qui m’arrêtait une fraction de seconde le gland au bord de sa chatte, elle venait en arrière pour s’empaler et claquer dans un bruit sec son cul contre mon entre jambe. Et vice versa.
Sous ces claquements de chairs, nous avons augmenté lentement notre vitesse et notre force également.

Elle m’a surpris en rendant les armes après 15 à 20 minutes de baise intense en laissant tomber sa tête dans l’oreiller et crier;
– MIIIIIIIIIKE ! OHHHH MON DIEEEUUU! JE JOUIIIISSSSS !
Son cul tressautait dans des cris inaudible et incompréhensible pour moi. Toute la maisonnée doit se demander ce que je lui fais!
J’en peux plus moi aussi et mes couilles éclatent en envoyant un torrent de sperme dans les recoins les plus profonds de sa chatte.

Sa tête tendue en arrière, à la première salve qu’elle sent venir frapper son utérus, elle crie:
– Dieu oui, donne moi tout en moi Mike ! Remplis-moi avec ton sperme ! Oh mon Dieu, je le sens bien ! Vas-y! Remplis ma chatte gourmande! Ooooohhhh… je jouiiiiissssss encooooore ! Ce n’est pas possible ! AAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH…
Elle n’arrêtera pas de gueuler pendant que je giclais en elle et sa chatte n’arrête pas d’avoir des contractions qui pompent ma bite au fur et à mesure que je lui envoie mon foutre.
Elle s’effondre en avant en épuisement total mais la chatte de Caroline comprime si étroitement ma bite que lorsqu’elle est tombée vers l’avant sur son ventre, elle m’entraina avec elle et tombant sur son cul elle gémit de nouveau quand ma bite c’est renfoncée au plus profond de sa chatte en feu. Mes giclées de sperme dans son tunnel de velours se terminant, je retire ma bite pour voir une grotte béante remplie de foutre. Ma queue encore raide, je replonge, oui je dis bien” je replonge”, dans ce bain de sperme et de cyprine. Cette crème s’échappe de son réservoir par mes nouveaux coups de bite et Caroline ne tarde pas à gémir de nouveau de plaisir.
– oh, Noooonnnnn, tu ne vaaaaaasss…. paaassssss… Aaaaaaaahhhhhhh, Ouaiiiiiiiiiii…..
Elle n’a pas fini sa phrase car elle se concentre dans la correspondance de mes mouvements pour se donner le maximum de plaisir.
Saisissant ses hanches je me retire complètement de sa chatte pour pousser ma bite facilement dans son trou du cul qui n’arrêtait pas de me faire des clins d’œil depuis un bon moment!
– Ouuuuuhhhh! Salaud! Aiiiiiillllll…putain! Tu m’encule! Oooohhhh la vache! Elle est grosse ta putain de bite!
Apres quelques secondes d’adaptation à ma grosseur elle reprend:
– Waoooouuuuhhh, c’est gros et long! Huuuummm… ouiiiiiiiiii…vas-y, baise mon cul ! Fais-moi jouir avec ta bite dans mon cul! Ouuuuuhhhhhhhh, mon dieu qu’elle est longue! Tu remonte dans mon ventre ! AAAAhhhh, la vache! Allez, baise-moi fort et fais-moi jouir encore…bâtard!
Caroline est devenue hystérique car c’est elle qui s’empale toute seule sur mon pieu. Ces fesses viennent claquer mon pubis et j’ai juste à la retenir pour qu’elle ne perde pas ma bite dans ses mouvements quelque peu désordonnés.
Après presque 5 minutes elle me crie:
– Fais quelque chose bon dieu! Baise- là, ta salope de belle mère! Encule-là à fond cette putain!
Je la maintiens bien et je la baise à mon tour violemment.
– OOUUUUUIIIIII… Comme çà! Ooooohhhh, mon salaud tu sais y faire; tu vas me péter le cul! AAaahhhh, ouiiiiiiiiii…ça vieeeeennt! Je jouiiiiissssss du cuuuul!
Caroline crie comme une damnée et un nouvel orgasme entraine des convulsions et des cris de joie de sa part pour terminer sur:
– Mike! J’aime ta bite!
Enfin, elle avance brusquement et libère son trou du cul de ma bite. Puis, rapidement elle se retourne et me couvre de baisers à m’étouffer en laissant couler des larmes sur ses joues.
– Mon Dieu, j’ai cherché partout mon “Monsieur Pénis” comme dans l’histoire de Grand-mère sans jamais le trouver. Et te voila, toi… S’il te plaît, dis-moi que tu n’arrêteras jamais de me baiser! S’il te plaît, Mike, dis-moi que tu seras pour toujours mon étalon.
Tout en parlant elle a tiré ma tête entre ses seins parfait et elle continue:
– J’étais tellement certain que cette histoire était un conte que j’ai arrêté de chercher ! Oh, mais toi tu es l’homme merveilleux de cette histoire, je n’ai jamais jouis comme ça auparavant, si fort, si longtemps, autant de fois de suite. C’est j’ai jamais senti cette sensation avant. Plusieurs fois, j’ai gouté au sperme sur la queue d’un homme avant toi, mais avec le tien je sais maintenant que c’est vraiment bon! Dans ma chatte, dans mon cul, et dans ma bouche!
Ses mains ont commencé à masser mon sexe et bientôt elle m’a poussé sur mon dos et m’a pris dans sa bouche pour la deuxième fois aujourd’hui.
Cette fois-ci elle n’a pas arrêté d’utilisé ses lèvres et la langue pour enlever toutes les traces de nos aventures dans sa chatte et dans son cul.
Les muscles de son trou du cul m’avaient presque amené à la jouissance et bientôt ses lèvres et la langue se sont avérées être trop pour moi.
– Doux Jésus, Caroline, tu vas me faire jouir dans ta bouche!
Tout ce qu’elle répond c’est;
– Huuuummmm, muuuuummm.
Je cris; Aaaaaaaahhhhhhh avant que mon premier coup explose dans sa bouche et que je continu de me vider dans sa gorge.
Avec une détermination renouvelée la maman de Nath avale rapidement alors qu’elle tente en vain de prendre ma charge entière dans sa bouche sans en perdre une goutte, ce qu’aucune femme n’a jamais réussi jusqu’à ce jour.
Ses joues se gonflent avec le volume de mon sperme puis se creusent qu’en elle avale pour se remplir à nouveau. Elle utilise ses deux mains sur ma queue pour bien la pomper et siphonner goulûment tout le sperme qu’elle en tire.
Enfin, elle me lâche le sexe en disant,
– Putain Mike, après tout ce que tu m’as déjà donné ta quantité de sperme est encore incroyablement énorme! Merde, j’ai oublié quelques gouttes!
Dit-elle quand ses yeux voient quelques perles gouttes sur ses mains et mon estomac. Rapidement elle lèche chaque goutte puis s’assoie en arrière et me regarde.
– Incroyable! Ton sperme est fameux! Normalement je n’aime pas avaler, mais là, j’en avais vraiment envie de ton jus ! Mike, tu m’as rendue heureuse, pleinement comblée par ton énorme bite et je te remercie pour cela. Maintenant, allons voir Nath pour une conversation avec ma fille.
– Je t’ai dis tout à l’heure que ce n’est pas la peine de me remercier à chatte fois que je te baise. A chaque fois que tu auras ta petite chatte qui te démange vient me voir si je suis disponible. Je suis toujours prêt!
Maintenant, je pense qu’il est temps pour un autre round !” Un regard d’étonnement perplexe traverse son visage momentanément avant qu’elle comprenne.
– Oh non, je ne peux pas ! Pas maintenant, mais plus tard à coup sûr, a-t-elle dit rapidement.
– Haha, très drôle, femme sexy et désirable.
Je l’att**** et je la bascule sur le dos alors qu’elle tente de m’arrêter. J’écarte ses cuisses et je glisse mon gland dans sa chatte et d’un coup sec j’enfonce la totalité de ma queue en elle, sans aucun problème, le chemin est encore ouvert!
– Arrête, Mike, je suis épuisé ! J’en peux plus… s’il te plaît ! Tu m’as bien baisée mais je suis bonne à jeter! J’ai plus de force.
– Nath m’a ordonné de te baiser jusqu’à ce que, moi, je n’en puisse plus. Alors comme tu peux le voir ma bite réclame encore ta magnifique chatte qui vient de m’accueillir sans rechigner…elle!
Et sans un mot de plus, j’ai repris mes coups de bite dans sa grotte bien rouge pendant qu’elle continu de râler sous moi.
Mais bien vite, ses protestations se transforment en gémissement de plaisir et elle accompagne même mes mouvements.
Après une dizaine de minutes d’intenses martèlement dans sa chatte, je ralenti et je la baise doucement en prenant soin de faire aller et venir ma bite sur toute sa longueur et de compresser son clito quand je suis à fond.
J’aime l’entendre gémir pendant toute la durée ou je m’enfonce car la tonalité de son gémissement est modulée en fonction de ma pénétration.
– OOOOOOOOOOO boooooooooooooooooooooon OOOOOOOOOOOOH…, Suivie de:
– Ouuuuiiiiiiiiii…OOUUUUUIIIIIII….ooouuuuiiii…. Ohhh, ouiiiiiiiiii, baiiiiiise-moiiii !
Caroline, les yeux fermés goutait maintenant son plaisir qui montait lentement en puissance.
– Ooooohhhh, que c’est boooonnnn ! Mon dieu Mike…
Sur ces mots je reprends un rythme plus rapide. A chaque pénétration complète, j’appuie fort contre son clitoris et rouvrant les yeux elle observe ma bite qui la pénètre:
– Oooohhhh …Mike… tu me baise si bien! Je la sens ta grosse bite! Elle me rempli complètement mon vagin…Whaaaa…c’est incroyable, je la sens partout! Aaaaaaaahhhhhhh, ouiiiiiiiiii…que c’est booooonnnnn ! AAAAAAAHHHHHHHHHHH….
Elle jouit de nouveau en hurlant des insanités et d’un seul coup ses yeux se retournent dans leur orbite et sa tête tombe en arrière.
Caroline revient doucement sur la terre, à bout de souffle, et me fixant droit dans les yeux. Je prends ça comme une reddition et qu’elle se soumet à ma volonté et que je peux faire d’elle ce que je veux!
Rapidement je lève ses jambes, appui ses cuisses sur son torse je coince ses pieds derrière sa tête.
Position la culbute
– Ooooohhhh…salllaaauuudd…doucement, tu vas me tuer comme çaaaaaaaaa!
Caroline gémit quand j’ajuste ma position et que je reprends mes longues poussées dans sa chatte écartelée et bien accessible.
– Umph… hououfffff…OOOOH… ungreeee… ouuuaaaaph… Ooooooh… Mon Dieu… Outch… Oui…Aiiiiiillllll…et d’autres grognements saluaient chacune de mes poussées.
Je roule des hanches à chaque poussée de ma queue dans sa grotte luisante pour être sur de masser toute les partie interne de son vagin et surtout son point G.
elle secoue sa tête vers moi chaque fois que je tire ma bite en arrière en appuyant fortement sur le haut de son tunnel.
Après quelques instants de massage intime, elle saisi mon visage et elle prend mes lèvres pour m’embrasser avec plus de passion qu’elle n’a jamais embrassé quelqu’un. Elle me transmet par sa langue tout le désir qui traverse son corps des profondeurs de sa chatte à son cerveau.
Étonnamment, elle trouve encore la force de pousser ses hanches encore plus haut pour répondre à ma bite quand elle plonge au tréfonds de son vagin.
Mais son orgasme est de nouveau là et sa chatte se contracte tellement qu’il pratiquement impossible pour moi de bouger ma bite dans sa chatte en feu.. Caroline maintient son baiser pendant ses premières convulsions avant de crier;
– OH MON DIEU, c’est tellement bon ! OH OUI, BAISE-MOI ; BAISE-MOI PLUS FORT! OH OUI COMME ÇA ! JE JOUIIIIIIISSSS, OH MON DIEU ça n’arrête pas! Ouuuiiiiiiiiiii ! Oh putain, oh non de Dieu, oui, oui, oui, oui, oh la vache! Ça continuuuue, Vas-y, baise-moi, oh Mike…t’arrête surtout pas… baise maman, tout va bien, oh ne te retient pas.
Je voudrais bien bouger plus mais ma bite est prisonnière. Enfin ses muscles se relâchent et je peux tirer ma queue en arrière en caressant son point g encore une fois,
– Whaaaaoooooouuuuuu… ça recommence! Je jouiiiiissssss encooooore! Putain de salaud, je vais mouriiiiirr!
Caroline entre en transes et respire difficilement, sa tête battant de tous coté et ses râles de plaisirs ressemble plus à des cris de douleur.
– Oh mon Dieu, s’il te plaît arrête ! Je ne peux plus te supporter ! Oh s’il te plaît Mike, s’il te plaît arrête, mon ventre va exploser!
Je ralenti mes poussées abaissant progressivement l’intensité de sa jouissance puis, avec ma bite enfoncée jusqu’au bout, je l’att**** par la taille et je la tire vers le bas du lit, la faisant gémir à nouveau.
Je monte son cul en l’air en la faisant rouler sur son dos en maintenant fermement ma bite dans sa chatte. Une fois en place, son cul en l’air je repositionne mes jambes pour soutenir son dos et je peux plonger mon pieu, à la verticale, dans le trou béant de la chatte.

Caroline gémit comme une jument en chaleur qui reçoit le vit de son étalon et après s’être mordue la lèvre inférieure quand je suis venu frapper le fond de sa chatte, elle recommence ses lamentations.
– Oh Mike s’il te plaît, je n’en peux plus. Tu vas finir par m’éclater ma chatte ! Je ne pourrais plus jouir non plus ! Oh s’il te plaît arrête, tu entres dans mon ventre, Arrête! Je t’en prie!
Je lui donne quatre longs coups avec ma bite dans sa chatte dégoulinante malgré sa position verticale et je lui dis:
– Tu m’as demandé de te baiser intensément. Eh bien, si tu peux encore dire que tu ne peux plus continuer a prendre ma bite cela signifie que je n’ai pas encore fini de t’anéantir de jouissance.
Et je recommence à pistonner sa chatte en la sortant à chaque fois pour la réintroduire de nouveau dans son trou béant.
Ses halètements et ses gémissements augmentent en volume mais elle ne prononce pas un mot de protestation. Chaque fois que je sors ma queue je vois les lèvres de sa chatte frémir à la recherche d’une lance qui pourrait la remplir.
Après une dizaine de minutes ses muscles vaginaux entrent de nouveau en action et enserrent étroitement mon sexe, à chaque pénétration. Sa respiration est de plus en plus laborieuse.
Je sens que je ne vais pas tarder à lui balancer mon foutre mais je veux jouir avec elle.
Pour libérer son corps de cette position contraignante pour elle je m’assoie par terre en l’entrainant avec moi et en tombant elle s’empale jusqu’aux couilles en criant
– Non de dieu, tu transperce mon corps!
En moins de deux minutes mes couilles lâche leur réserve de jus et elle crie de nouveau :
– Oh mon Dieu ! Baise-moi, baise-moi, baise-moi, Oh Dieu, je jouis encore! Oh merde…Vas-y! Prends-moi! Ouiiiiiiiiii…je jouuuuuiiiiissssssss! Non de dieu, je jouiiiiiisssssssss ! AAAAhhhh… la vache ! Je Jouiiiiiiiiiiiiiissssssssssss !
Ma première giclée de lave blanche frappe sa matrice et je vois de l’émerveillement dans les yeux de Caroline qui me crie:
– Donne-moi tout ! Remplit moi de ton sperme brulant OOOOOhhhhhhh que c’est booooonnnnn…je la sens qui me remplit la chatte! Aaaaaaaahhhhhhh…Ouiiiii…donnes- en moi encore et continue de me baiser!
Elle n’arrête pas de crier en soulevant son cul pour se laisser retomber et bien sentir mon gland frapper le fond de son vagin.
– Oh mon Dieu tu baises bien mon salaud, tu n’arrêtes jamais! Mais c’est moi maintenant qui te baise ! Tiens… et retombant: prends encore ça salaud! Baise-là ma chatte et continue de me donner ton foutre! Salaud de baiseur!
J’ai presque plus de sperme qui sort de ma bite et pendant qu’elle se soulève ma main droite se glisse dans son entrejambe et je pince et tire son clitoris gonflé et dur comme du fer.
– DOUX JÉSUS ! ça recommence! Je jouiiiisssssss… encooooore! Oh mon Dieu, AAAAAHHHHHHH!
Je ralenti le rythme de son bassin sur ma bite en la bloquant contre moi, bien emmanchée sur mon dard, et je la laisse hurler une nouvelle fois sa jouissance sous l’effet de cet orgasme fulgurant.
Quelques minutes plus tard, ses spasmes diminuent et les contractions de sa chatte s’estompent et elle gémit doucement;
– Oh mon Dieu, jamais… non jamais… je n’ai jamais jouis comme cela. Jamais avant toi ! Oh mon Dieu, c’est si bon, ta bite est si bonne…
Et elle s’effondre dans mes bras. Je la soulève ma bite toujours dans sa chatte et la bascule sur le lit ou elle tombe sur le dos.
Sa chatte serrée par l’orgasme s’échappe de ma bite et elle reste immobile, les cuisses écartées, la chatte encore grande ouverte, qui laisse tous le jus qu’elle a emmagasiné s’échapper lentement pendant que ses poumons à bout de souffle recherche l’air qui lui manque.
Couché à côté d’elle, j’écarte ses cheveux qui couvrent son visage, lui caresse la joue et je l’embrasse légèrement sur les lèvres.
Ma main caresse son corps et vient s’égarer entre ses cuisses écartées et mes doigts touchent légèrement les lèvres de sa chatte trempée. Caroline a un sursaut et son ventre se soulève.
– Oooohhhh, non! Je suis tellement sensible que j’ai des spasmes rien qu’en frôlant ma chatte! Je…OOOOOhhhhhhh, mon Dieu Mike, trop sensible ! OoOoOoOh …Arreeeeete!
Je lâche son sexe et caresse sa jambe en disant:
– Chère dame et future belle mère, vous êtes incroyables ! Je sais avec certitude d’où Nath tient sa beauté ! Vous êtes aussi belle et aussi rayonnante qu’elle après l’amour.
– Ce n’est plus la peine de me flatter. Vous obtiendrez tout de moi! Et je crois bien que vous êtes prêt à tout!
Me dit-elle épuisée.
Elle trouve quand même la force de m’embrasser amoureusement, sa langue cherchant la mienne pour bien me faire sentir son plaisir.
Apres ce long et doux baiser elle me dit:
– je crois que ma fille a vraiment trouvé l’étalon que nous recherchons toutes dans la famille. Si elle ne vous épouse pas, moi je le ferai. Dans la seconde qui suis! Mari ou pas!

Nous embrassons à nouveau et nous restons enlacés, plutôt encastrer l’un dans l’autre jusqu’à ce que Caroline soit capable de se déplacer.
Enfin, elle dit:
– bon, aide-moi à me lever, je pense que je peux marcher maintenant. Crois-moi, je ne te demanderais plus de me baiser aussi fort et aussi longtemps que tu peux! Maintenant je sais que tu peux!
Je la tire hors du lit mais ses jambes flageolent un peu et je la ratt**** rapidement et la soulève en lui demandant de mettre ses jambes autour de ma taille.

Elle le fait sans arrière pensée et ma bite encore dure glisse tout droite dans sa chatte super humide.
– Oh mon Dieu! Cri-t-elle quand je la laisse tomber entièrement sur moi et que je commence à sortir de la chambre à coucher.
– Mike! Arrête de mettre ta bite dans ma chatte! Ce n’est pas possible tu es insatiable! Moi j’en ai eu assez de ton monstre.
– Pas question! Si je te lâche tu vas tomber.
– Oh merde, Arrête, Mike!
– Mais j’arrête! Je ne te baise pas. Je t’aide seulement à descendre l’escalier

Et marchant dans le couloir c’est elle qui s’agite sur ma bite enfoncée complètement dans son sexe.
Quand je commence à descendre les marches elle crie encore,
– Non, Mike non ! Oh mon Dieu, ça y est..Ça recommence! Tu me baise! OOOOOhhhhhhh qu’elle est bonne et je la sens bien. Ouuuuiiii… oh oui, baise-moi, BAISE-MOI!
Cela dit, c’est Caroline qui a commencé rapidement à lever sa chatte hors de ma queue presque complètement avant de se laisser retomber avec force vers le bas pour se baiser toute seule. Je maintenais ses fesses pour qu’elle ne m’échappe pas et coordonner ma bite de concert avec ses mouvements frénétiques.
Au moment où nous avons atteint le bas de l’escalier, elle hurlait dans le ravissement que son orgasme qui éclatait dans son corps en transes.
Ses hanches bougeaient aussi rapidement qu’une scie sauteuse qui martelait ma bite et elle me mord l’épaule pour atténuer ses cris. Apres quelque pas hors de l’escalier son orgasme s’apaise et tout son corps s’affaisse comme une poupée désarticulée dans mes bras.
Je m’assois dans la cuisine sur une chaise mais je garde Caroline sur mes genoux avec ma bite fermement enfoncée dans sa grotte en feu.
Nath qui était dans la cuisine nous regarde et dit :
– je suppose que cela signifie que vous avez terminé ? Il me semble que maman Hors service, mais surement comblée!
– Il me semble aussi qu’elle a son compte! Mais si tu veux on peut continuer à jouer ensemble.
– C’est pour ça que je t’aime, toujours prêt, comme disent les scouts ! Tu ne crois pas qu’elle en a assez!
– Peut-être, mais toi qu’as-tu envie?
– Non, pas tout de suite. Vous devez avoir faim, et je pense que vous avez besoin d’une douche. En outre, ta bite est toujours coincée dans la chatte de ma mère! Elle regarda de près le visage de sa mère et elle demande:
– Doux Jésus, qu’est ce que tu lui a fait ? J’espère qu’elle récupère avant que papa rentre à la maison!
– Très drôle ! Je pense que je devrais vérifier pour voir dans quelle mesure elle vraiment hors service.
Nath me regarde d’un regard perplexe qu’en je retire ma bite pour mieux la renfoncer dans le sexe de sa mère.
– Oooohhhh …non, gémit Caroline.
Ses yeux sont toujours fermé, donc, je recommence, je soulève ses fesses et la laisse retomber sur ma bite. Elle gémit beaucoup plus fort:
– Mike s’il te plaît, s’il te plaît, j’en peux plus, je ne peux pas… Ohhhhhhhhhh,
Son dernier mot quand je lui donne un autre coup de bite.
Nath me regarde et dit,
– Il me semble que tu arrive à attirer son attention.
Elle se penche et m’embrasse doucement puis se tourne et embrasse sa mère tout aussi doucement.
Au même moment que ses lèvres rencontrent ceux de sa mère je donne quelques coups de bassin pour touiller son vagin avec mon bâton de jouissance.
Les gémissements de Caroline s’échappent d’entre leurs lèvres, mais son cul commence à chalouper sur ma bite. Je chuchote à Nath de continuer à l’embrasser tout en prenant un de ses tétons entre mes doigts et doucement je le pince. Le résultat est immédiat! C’est Caroline qui lève maintenant son cul pour redescendre sur mon pieu.
Il me semble avoir entendu ” Oooh, baise -moi” et Caroline a continuée à serrer ses cuisses pour soulever sa chatte sur ma queue d’une dizaine de centimètres avant de se laisser retomber pour se ré empaler à fond. Après une minute, Caroline rouvre les yeux et s’aperçoit qu’elle embrasse sa plus jeune fille tout à fait consentante, pendant qu’elle se fait prendre par son fiancé.
– Quoi ! Nath, pourquoi tu… pendant que… oh Dieu, je suis si sensible ! Oh mon bébé, sa queue est si bonne ! Je t’aime Nath, j’adore ce que tu m’offre et ce qu’il me donne! Ohoooooooo…ouiiiiiiiiii, prenez-moi…baiser-moi!
Et Caro devient de nouveau hystérique comme si j’appuyais sur un bouton ‘spécial jouissance féminine’.
Ces mouvement de haut en bas d’abord lents s’accélèrent au fur et à mesure que ses gémissements augmente de volume
– Oooohhhh OOOOOHHHHH… AAAAhhhhhh AAAAAHHHHHHH…
Moins de trois minutes se sont écoulées avant que Caroline vienne frapper durement mon pubis et hurle:
– OOOOOOIIIIIIIIIII, je jouiiiiiisssssssss! Aaaaaaaahhhhhhh, que c’est booooonnnnn!
Puis elle colle sa langue à mi-chemin dans la gorge de Nath pendant que sa chatte spasme frénétiquement sur ma grosse bite tendue à l’extrême. Les deux femmes gémissent dans la gorge de l’une et de l’autre et Caroline tremble sauvagement au-dessus de moi. Caroline quitte la bouche de Nath et crie ;
– Oh mon Dieu, oh mon Dieu, c’est tellement bon et si fort, je suis toujours en train de jouir ! OH NATH JE N’ARRÊTE PAS DE JOUIR! SUR SA BITE! Je jouiiiiiisssssssss…. Et j’aime ça! C’est merveilleux! Qu’elle est bonne sa BITE!
– HAAHUUUMMMMMAAAAAAAAOHHHHHhhhhh! Haaaaaaouuuuuu.
Heureusement Nath a retenu sa mère quand elle s’est elle s’est effondrée sur le côté a la sortie de son énième orgasme.
– houlà! Mon étalon, je ne me souviens pas que tu m’aies mis dans cet état après une baise. Je me demande si tu n’aime pas ma mère plus que tu ne m’aime!
– Impossible ma chérie, je n’aime que toi. mais tu m’as demandé de la baiser jusqu’à ce quelle demande grâce ou qu’elle meurt de plaisir. Toi, à ma connaissance tu ne m’as jamais demandé ça!
Nath me jette un regard interrogatif et je rajoute:
– Ta mère m’a dit de la baiser comme jamais et de la mener dans l’enfer du plaisir, c’est ce que j’ai fait! Il me semble?
– Oooh, Ouiiiii, mon amoureux, tu l’as fait et surement au delà de ses espérances!
Une voix à peine audible est venue de Caroline, disant:
– Oooh que oui! Tu l’as fait! Mais tu n’étais pas obliger de le faire plusieurs fois! Je n’arrêtais pas de jouir avec des orgasmes à répétition ! J’ai cru mourir de plaisir!
Elle gémit doucement et Nath rigole, puis elle demande;
– Nath, aide-moi à sortir son engin de ma chatte car toute seule ça va encore finir par une baise!
– Oui, maman! Mais je pense que Mike devrait te placer sur la table allongée sur le dos ! Tu as quelque chose que je veux désespérément!
Quand je me suis levé Caroline gémis de nouveau sous les frottements de ma bite dans son vagin et automatiquement sa chatte se contracte sur ma queue qui la remplit toujours.
Doucement je la pose où Nath voulait qu’elle soit et je lève ses jambes vers elle pour retirer mon sexe.
– Oooohhhh la vache, crie Nath. Tu es toute rouge! Et ta chatte retient encore la bite de mon fiancé!
En effet en tirant ma bite, un anneau de chair c’est formé autour d’elle, la comprimant fortement à tel point que je suis obligé de forcer pour me dégager, sous un cri de Caroline, pendant que nos jus combinés inondent la table.
– Nooooooooonnnnnn !
Je lui donne un dernier baiser d’adieu et lui chuchote, « n’ importe où et n’importe quand, Caroline!
– Vas-t’en Mike!
Nath a les larmes aux yeux quand elle s’approche de sa mère. Rapidement elle nettoie la table et ensuite attaque la chatte de sa mère à grand coups de langue. Caroline est de nouveau en jouissance en moins de deux minutes, quand Nath cherche chaque goutte de mon sperme pour finir sur dernier ajout de Caroline grâce à la langue de sa fille !
– Maintenant, je vais à la source! Déclare Nath.
elle se tourne vers moi et immédiatement se met à genoux devant moi et ma bite disparaît instantanément dans sa gorge. Caroline tourne lentement sur la table afin de pouvoir admirer la technique de sa fille.

Quelques minutes plus tard Caroline fait remarquer:
– Je n’en reviens pas que tu puisses faire entrer ce monstre tout entier dans ta gorge, Nath. Tu es si frêle à côté de lui!
Nath retire ma bite de sa bouche,
– vraiment mère, je ne suis pas si petite que çà! Et j’ai une grande bouche! Regarde.
Et elle pose ma bite sur ses lèvres qui disparaissent derrière ma longue bite. Ce qui les fait rire à l’unisson. Nath pointe ma bite vers Caroline en demandant;
– Tu la veux peut-être?
– Pas tout de suite ma chérie, Mike m’a vraiment anéanti. Je vai