Histoire de sexe fétiche Histoires porno Premières histoires de sexe

ma rencontre innatendue

ma rencontre innatendue



Je revenais de Quebec pour y avoir visité ma famille. Je revenais par la 20. J’arrete a Ste-Helene pour y mettre de l’essence et manger du A & W. Je termine et vais pisser avant de reprendre la route. Je m’installe a l’urinoir, un homme se place a l’autre place. Le muret est assez haut mais je sens qu’il me fixe. Je n’y porte pas attention, je termine et me lave les mains, lui aussi et c’est la que,

– allo, bel homme

– allo, merci

– seul ?

– oui pourquoi ?

– moi aussi et j’ai un beau petit camion bien aménagé, veux-tu voir ?

Je le regarde comme il faut. Un homme d’une cinquantaine d’années, athlétique, cheveux grisonnants, belle apparence.

– ok

On se rend sur le coté des batiments au fond du stationnement. Il m’ouvre la porte, beau, pas grand-chose mais bel endroit. En fait, on y retrouve un petit lavabo, petit frigo, une petite table et un lit qui prend la place du fond du camion.

– installe-toi, une biere ?

– s’il vous plait

Il me tend, l’ouvre et bois une gorgée. Il s’assied pres de moi, sa main glisse sur ma cuisse. Merde pour une fois que je ne cherchais de cul, me voila servie. Sa main remonte lentement vers mon entre-jambe. il presse sa paume sur mon sexe, réaction immédiate, sa leve vite cette petite bete.

– humm, qu’il fait

Je prends une autre gorgée. Il me regarde, ses mains défait le cordon de jogging, passe une main sous le tissu et me pogne la queue, il se leve et toujours en regardant droit dans les yeux tire sur le pantalon, ma queue se montre le bout du nez.

– belle queue, beau gland, j’adore les bites circoncises

Il se penche et donne un bec sur le bout de ma bite. Il me prend la biere et m’enleve le t-shirt et me mets a poil. Il se met a genoux et commence a me pomper, moi je m’étends de tout mon long, me ferment les yeux.

– releve les jambes stp

Je m’execute, je sens sa langue goutter a ma rondelle, il glisse le bout en moi, je frissonne de plaisir. il se mouille un doigt pour le faire pénétrer.

– tu aimes ?

– j’aimerai plus

Un deuxieme doigt prend place en moi, puis un troisieme.

– Tu adores ca ?

– j’aimerai bien plus

il se retourne ouvre un tiroir, en sort un godemiché d’une taille fort respectable, me le montre.

– tu le veux ?

-oui, avec douceur, oui

il lubrifie amplement l’ojet et ma rondelle. Il le colle sur ma rondelle et pousse lentement. Je le sens me prendre comme il faut, il est en moi au complet.

– tu aimes

– oui fouille-moi, baise-moi

Il retire le sex toys, se leve, baisse son pantalon

– aimerais-tu mieux cela ?

Je m’ouvre les yeux, me leve la tete pour apercevoir une queue de la dimension du godemiché, je sourie

– oui je la veux

il se met une capote du lubrifiant et se met a me baiser. Je sens si bein sa bite me fouiller, me baiser, me pilonner le cul. Je me pince les mamelons, me caresse le ventre

– oh que c’est bon, oui continue, n’arrete pas , je la veux bien au fond de moi, baise-moi, baise ta pute, je me sens tellement salope, je suis ta pute, tape-moi

il me claque les cuisses, ca chauffe, plus il claque, plus il augmente ses va-et-vient. Je suis sa chose, il peut faire de moi ce qu’il veut, j’en veux plus encore

– mets-toi a quatre pattes

Oh je sens que mon cul va chauffer. Je change de position et sans m’avertir, il m’enfonce son pieux au plus profond de moi tout en commencant a me claquer le cul. Ca chauffe de partout, une brute de sexe. Tout en continuant a me pilonner, les claques se changent en caresses, ses doigts chauds se promenent sur tout mon corps, je bande si fort.

– je me sens si bien avec ta queue en moi, je t’appartiens, je suis ta chose, je vais jouir

il se retire, me retourne sur le lit et me suce tellement fort que j’explose, je me vide dans sa bouche, il avale tout, ne perd rien. Il enleve la capote et approche sa bite de ma bouche. Je me souleve et le suce a mon tour. Je goutte a sa sauce si chaude, si bonne. Je la néttoyais bien. On se met a parler un eu de nous, j’apprends que nous habitons a Montréal, on se laisse nos numéros de téléphone. On se rhabille et on reprend nos chemins.