Histoires de sexe à l'école Histoires de sexe gratuites

01 – Ma pote de lycée

01 – Ma pote de lycée



J’ai eu pas mal d’aventures sexuelle durant ma jeunesse. Un certain nombre d’entre elles m’ont particulièrement marquées. Le récit suivant est le résultat de ce qui m’est resté en mémoire.

Au lycée, j’avais une très bonne amie depuis la seconde. Maya. Je l’avais remarquée dès les premiers jours ayant un style vestimentaire assez assumé – grand jeans, baskets de skate, etc. Plutôt jolie, avec un visage fin et des yeux verts. Son fort caractère et son côté exubérant a fait que nous sommes devenu amis sans aucune arrière-pensée.
Les années au lycée passèrent, nous avions été dans la même classe pendant les trois années et somme donc devenu relativement proche. Il n’y avait jamais eu autre chose que de l’amitié entre nous. Elle avait ses histoires d’amour et moi les miennes.
On échangeait parfois à ce sujet-là Elle était plutôt directe dans ces mots que ce soit pour les histoires personnelles comme pour n’importe quel sujet. On s’expliquait parfois nos préférences dans les pratiques sexuelles pour que chacun améliore le plaisir de son ou sa partenaire respective. Je lui expliquais, par exemple, comment j’aimais qu’on me suce et elle qu’elle appréciait qu’on la prenne dans telle ou telle position pour telle ou telle raison. Des conseils d’amis en somme.
Je n’avais jusqu’alors que peu d’attirance sexuelle pour elle malgré nos discussion et sa réputation d’être douée dans le domaine.

Je ne sais pas si ça a été le début de cette histoire, mais un matin je me réveille avec le souvenir de mon rêve. Bien que j’étais en couple depuis quelque temps avec une fille super et avec qui j’étais content, j’ai eu en tête l’image de Maya entrain de me sucer sur mon lit. Comme tout rêve, c’était vague et étrange, n’ayant jamais pensé à ça avec ma pote. À l’époque, nous étions en Terminale. Je tentais d’oublier cette image me disant que notre cerveau fait des assemblages étonnant lors des rêves.

Au cours de l’année, elle s’était séparé de son copain. Il n’était plus dans la même ville et la proximité amicale que j’avais avec elle rendait son copain jaloux au point que cela a envenimé les choses. De mon côté, j’étais toujours avec la même fille mais la routine sexuelle commençait a s’installer sérieusement. Vu qu’elle était célibataire, j’avais parfois droit à le recit de ses aventures avec parfois quelque allusion envers moi sur le ton de l’humour. Elle me disait “quand j’ai vu ce mec, de l’extérieur je me disais : il a une grosse bite. Genre, comme toi, quand je te vois, je me dis que tu dois être bien équipé.” Ce qui me faisait rire mais rien de plus.

Un jour, je lui fis part de l’enlisement qui s’installait dans mon couple, que j’essayais de raviver l’envie mais que je commençais à avoir des doutes quant à la réussite d’un tel objectif. “Tu as eu envie d’autres filles ?” Cette question qui me paraissait anodine vu nos échanges, a, avec le recul, plus de poids que je ne le pensais. “Peut-être” je répondis simplement.

Le bac approchant nous nous regroupons souvent à plusieurs lycéens pour essayer de réviser. Seulement, je n’avais pas trop la tête à ça et n’étais pas trop inquiet sur l’obtention du diplôme. Pour faciliter les sessions de révisions, je dormais parfois chez un pote qui était souvent disponible. Quand il ne l’était pas je trouvais toujours une autre personne dont notamment Maya.

Je connaissais bien ses parents ce qui facilitait la chose pour me faire héberger. La grande sœur de Maya étudiant dans une autre ville, je dormais généralement dans sa chambre. Sauf un week-end, où sa sœur était de retour. Il fût convenu que je dormirais sur le canapé du salon. Ce jour-là, nous étions sorti avec d’autre amis, Maye et moi. On rentra assez tard au point où tout le monde dormais à notre retour. Comme on était en pleine discussion, on se plaça sur son lit avant de se dire bonne nuit pour que je regagne le canapé. La conversation s’éternisa. Je commençais e être fatigué et lui dit que la fatigue me créer quelque douleur à la nuque et qu’il valait mieux que j’aille dormir pour récupérer au mieux.

Finalement, elle me proposa un massage rapide de la nuque avant que je sorte de la chambre. J’acceptais sans aucune arrière pensé, cela était arrivé auparavant. Elle me massa le dos, moi torse-nu. Il se passa rien de déplacé. Une fois fini, j’avais des fourmis dans les jambes, dû à ma position. Je me retournai et lui dit. Elle était assise à côté de moi sur ma gauche. Elle me saisit donc la cuisse droite pour appuyer dessus. En faisant cela, son avant-bras caressait mon sexe ce qui créant un petit soubresaut d’excitation en moi. Elle me donna un bon début d’érection sans qu’elle ne le remarque. Elle m’enjamba pour regagner l’autre côté de son lit. Elle était en jogging coton et moi en jean.

C’est à ce moment-là qu’elle sentit mon érection car ma bosse toucha son sexe à travers ses vêtements. Elle poussa un petit “oh” aspiré de surprise. Comme elle rougit, je lui demandais ce qu’il y avait. Elle dit rien et resta à califourchon sur moi. J’essayais de retenir mon érection et ne surtout pas donné d’à-coup avec mon sexe. Raté… Je lui dis : “désolé, c’est involontaire”. Maya me dit juste “elle à l’air plutôt grosse”. Restant distant (j’avais une copine à cette période), je répondis que je ne me plaignais pas. Soudainement, elle glissa sa main dans mon patalon et saisi mon sexe qui durcit au contact de ses doigts. “Ah oui, effectivement” dit-elle. J’étais très surpris : “qu’est-ce que tu fous putain ! Arrêtes !” Pour elle c’était juste entre pote pour vérifier ce qu’elle avait cru sentir. Au pire ce n’était que de l’affection entre amis.
Elle était donc en cheval sur moi, penchée en avant pour pouvoir glisser sa main par-dessous mon jean. J’essaie de regarder ailleurs pour savoir ce que je devais faire dans cette situation. Tout d’un coup, elle m’embrassa le coup avec un petit gémissement et commença à me branler. Je perdis en partie mais moyens et j’empoignai fortement ses fesses. Elle était très bien faite avec un cul ferme mais charnue. Elle enleva sa main et fit des vas-et-viens avec son bassin sur moi. Je tournai ma tête vers elle et elle m’embrassa et me souffle à l’oreille “baise-moi, j’ai très envie de toi”. Je la repoussai. J’étais en couple et c’était déjà aller trop loin. Elle enleva son débardeur puis son jogging. Elle était en sous-vêtement plutôt sexy rose. Mais un peu vexée, elle me dit “c’est bon, ok. Je dors. T’as qu’à dormir-là, le canap’ est pourri.” Je rentre dans le lit et me calme. Je m’endors un peu.

Je me réveille d’un coup avec l’envie irrépressible de sexe. J’avais une trique de dingue. Je ne sais pas comment elle le sentit, mais elle passa sa main sur mon caleçon et caresse ma queue. Je pris les devants et mis ma main sur sa chatte, elle poussa un petit cri de surprise. Je lui massais son sexe, elle semblait très excitée. Je passai ma main dessous son string et enfonça directement deux doigts vu qu’elle était trempée. Elle me repousse et enleva son bas, puis son haut. Elle avait une superbe poitrine, de taille moyenne mais ronde est vraiment bien faite. Elle se ré-allonge à ma gauche. Je me remets au travail, lui embrassant la poitrine en plus.

Elle me bouscula un peu pour monter sur moi. Elle était nue à cheval sur moi en caleçon. Elle fit passer ma bite sur le côté. Je lui disais doucement “Non, faut pas.” Elle me décalotta et frotta mon gland sur ses lèvres (d’en bas). Au moment où je voulus intervenir pour la sortir de là, elle plongea mon sexe dans le sien. Trop tard, j’ai perdu, je m’avoue vaincu. Elle bouge son bassin en gémissant. J’att**** son cul pour la pénétrée profondément. Ses seins sont parfaits. Sentant l’envie montée un peu trop, je la pousse sur le côté. Elle se met à quatre pattes, elle lit dans mes pensées.

J’enlève mon caleçon. À la vue de cette fille superbe cambrée devant moi avec un cul magnifique, je ne me retiens pas et lui lèche son joli minou rose ainsi que son anus. Elle gémit. Je me relève et lui enfonce doucement mais fermement mon sexe. Je lui chope les seins en même temps et la prend dans des coups de reins puissants. Je sens qu’elle commence à venir ce qui me fait presque finir sur l’instant. Toujours la même solution, on change de position avant l’éjaculation ! Je la retourne mets ses pieds sur mes épaules. Elle chope ma bite et la positionne à l’entrée de son sexe. “Je vois que tu as retenue mes conseils” me dit-elle. Je deviens intenable et j’y vais de tout mon corps et énergie. Elle est superbe. Sa bouche aux petites lèvres roses, ses yeux verts profonds, ses seins parfait, son ventre plat et légèrement musclé, ses gémissements… Elle jouit. Quasi simultanément, je sors mon sexe et n’arrive pas à retenir mon éjaculation… Mes contractions lui envoient de longues stries blanches sur les lignes de son corps… C’était intense.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire