Histoires de sexe arabes Histoires de sexe de voisins Histoires de sexe mobiles

Sortie en ville en combi latex

Sortie en ville en combi latex



C’était les vacances et Axelle repensait au dernier jour de lycée où elle avait mît sa combinaison en latex. Axelle avait envie de renouveler cette expérience. Elle se dépêche de prendre son petit déjeuner et prendre une douche. Avant de sortir de la salle de bain elle se sèche bien pour ne pas trop peiner à mettre sa combi.
Elle déboule toute nue dans sa chambre, ouvre son armoire et sort la combinaison. Rien que d’y penser et de la toucher elle était toute excitée. Même si elle avait fait attention de bien s’essuyer, la peau légèrement humide ne facilite pas la mise de la combi. Elle commence par jambe droite qu’elle enfile jusqu’au genou puis de même pour la jambe gauche avant de se mettre debout. Puis en alternant gauche et droite, elle monte la combi jusqu’à la taille avant de passer les bras et finir de l’enfiler. Toujours avec autant de plaisir, elle se regarde dans son miroir et laisse glisser ses mains sur son corps. Au bout de 10 mins, elle ouvre sa commode pour att****r un collant opaque noir quelle mets en premier puis un body col roulé manche longue de couleur noir par-dessus. Ainsi la combinaison n’est plus visible aux yeux de tous, mais la sensation bien là. Pour se donner une touche sexy, elle va chercher les cuissardes d’Angélique en vinyle à talon aiguille. Elle descend le zip sur toute la hauteur et l’enfile puis le remonte et ceux pour les 2. Une fois perchée sur les talons de 12 cm qu’elle n’avait vraiment pas l’habitude, elle retourne dans sa chambre. Instable et pas sûr de son pas elle complète sa tenue en mettant une robe bouffante sans manche bleu nuit.
Les cuissardes qui vont généralement bien avec la combinaison, ne donnaient pas un effet waouh avec la robe. Comme en plus l’instabilité sur les talons ne lui permettait pas de marcher, Axelle remplace les cuissardes par ses bottes en cuir à talon avec lesquels elle avait l’habitude de marcher et qui s’accompagnaient mieux avec l’ensemble.
Un passage rapide par la salle de bain pour une pointe de maquillage et elle prend son blouson pour sortir.

Il faisait beau mais la température était négative avec du vent qui était pénétrant, mais la combinaison avait un effet coup vent impressionnant. Seul au niveau du visage et des mains, elle ressentait le vent. Il était tout juste 10h quand elle arrive dans le centre-ville pour faire les magasins. Comme c’était encore les soldes d’hivers, elle ne recherchait rien de particulier mais toujours à l’affut de la bonne affaire.
Elle avait flashé sur un mini short en cuir avec des cuissardes qu’elle avait passé. L’effet était sympa mais le mini short qu’elle avait dû prendre une taille en dessous, la serrait un peu. Pour être plus confortable elle avait dégrafé son body quelle maintenait sur son ventre. Cela lui donna envie de se masturber à travers le short. Son intimité qui ne semblait qu’attendre cela, mouillait de telle façon que le frottement du latex glissait sans retenue. En peu de temps elle jouit en serrant les jambes et appuyant très fort sur son intimité mais en mettant aussi sa main sur sa bouche, après avoir laissé le body, pour être sûr de ne pas laisser échapper un petit bruit qui pourrait la mettre dans l’embarra. Mais vu le prix de l’ensemble et le mini short trop serré, elle décide de ne rien prendre.
Vers 11h30 Axelle allait rentrer avec ces trouvailles mais elle reçoit un SMS de Chloé. « Coucou ma chérie, on se retrouve au Mc Do place de halles. Bisous ton amour ». Même si elle n’avait pas prévu de déjeuner dehors, voir Chloé ne la laissait pas indifférente.
– Coucou ma chérie, dit Chloé en embrasant Axelle qui est un peu surprise par cette action en plein public.
– Coucou, répond Axelle un peu perturbé par ce bisou.
– Tu as fait chauffer la carte bleue, qu’as-tu achetée ?
– J’ai trouvé un pantalon à pince, une veste, un pull et une paire de botte.
– Trop cool, mais pour les bottes tu en avais déjà plusieurs paires.
– Tu me connais, j’adore les bottes et les cuissardes. Et toi, je croyais que tu ne voulais pas sortir pour réviser ?
– Oui mais depuis ce matin j’en avais marre. Alors comme je savais que tu allais faire les magasins, je me suis dit je vais te retrouver pour te faire plaisir et se faire un déjeuner en tête à tête. Ça te fait plaisir ?
– Bien sûr et tu sais bien que je ne peux rien te refuser.
– Et tu as vu, j’ai sorti la tenue spéciale lycéenne que je ne mettrai jamais au lycée.
– C’est sûr que la mini-jupe plissée, chemisier, collant et bottes tu ferais fureur auprès des mecs et je serai aussi jalouse.
Axelle et Chloé rentrent dans le Mc Do et prennent commande. Une fois en place en attendant la commande, Axelle eut envie de pipi, se lève et va aux toilettes. Une fois la porte fermée, Axelle écarte les jambes et se lâche. Instinctivement elle soulève sa robe pour voir s’il n’y avait pas de fuite. La puissance du jet s’entendait par un petit bruit sourd et elle ressentait le pipi s’écouler le long de ses cuisses avant d’arriver à ses pieds. Ses bottes étaient suffisamment large pour ne pas bloquer au niveau de sous les genoux. Une fois terminé, comme si de rien n’était, elle retourne auprès de Chloé.
Toutes les 2 étant gourmandes, elles avaient pris le menu maxi. Axelle qui avait soif, avait bu rapidement l’ensemble de son coca.
– Tu veux finir le mien, car je ne finirai pas et je vais avoir envie de faire pipi.
– Oui je veux bien.
Tout en finissant le coca de Chloé et en mangeant sa glace, Axelle a de nouveau envie de pipi. En restant le plus naturelle possible, elle fait pipi assise devant Chloé.
– Ça ne va pas ? demande Chloé.
– Si ne t’inquiète pas je pensais à quelque chose sans importance. Je te dirai plus tard.
– Il y a des fois je me dis que tu n’es pas nette.
– Pas plus que toi et que si nous sommes ensembles c’est aussi que nous devons avoir un grain dans la tête.
– Tu as raison ma chérie, dit Chloé en mettant la main sur la cuisse d’Axelle sous la table.
Axelle espérait qu’elle ne sentirait pas la chaleur le long de sa cuisse généré par le pipi.
– On va chez toi, que je découvre l’univers de ma chérie et je te rappelle que tu ne me refuse jamais rien.
– Comme tu dis je ne te refuse rien, mais ok et je t’offrirai le café.
Elles prennent le bus qui s’était fait attendre plus de 20 minutes. Chloé dit discrètement à Axelle :
– Comme je disais tout à l’heure, je ne bois pas trop de coca car j’ai envie de pipi maintenant.
– Tu aurais dû y aller avant de partir.
– Ce n’est pas propre, d’ailleurs je me demande comment tu fais pour y aller, toi miss pipi. A ce sujet je suis étonnée que tu n’aies pas envie.
– Tu pourras te soulager d’ici 10 minutes quand nous serons arrivées.
Arrivé à l’appartement, Axelle était devant la porte et cherchait les clés pour ouvrir. Chloé ne rata pas l’occasion de pouvoir mettre la main sous la robe d’Axelle et toucher son entrejambe. Axelle toujours en train de chercher ses clés, serre les jambes et finalement trouve les clés pour ouvrir la porte.
– Tu imagines si mes voisins t’avait vue !
– Ils auraient compris que nous étions ensemble, et puis ce n’est pas grave. Tu sais tu aurais pu faire la même.
– Comme çà ? Axelle se retournant et mettant la main sous sa jupe au niveau de son intimité.
– Oui, mais non, car là tu viens de me donner une envie super pressante. Où sont tes toilettes ?
– Juste là, indiquant la porte derrière elle.
Pendant ce temps, ce temps, Axelle envoie un message à sa maman pour lui indiquer qu’elle était rentrée et que Chloé était passée prendre le café.
– Ça va mieux. Alors où est ta chambre.
– C’est un duplex et ma chambre est à l’étage. Ma maman et Angélique ont leur chambre en bas, et moi j’ai le premier pour moi toute seule.
– Trop cool, tu me montres.
Axelle emprunte l’escalier hélicoïdal, donnant une nouvelle occasion à Chloé de mettre la main sous la robe d’Axelle. La chambre d’Axelle peut paraître grande, mais comme elle est sous les toits, certaines parties ne permettent pas de se mettre debout.
– Pas mal, pas trop personnalisée mais tu as la TV, PC et un grand lit.
– Maman voulait que je ne manque de rien. Je pense que cela vient de la séparation avec mon papa car depuis je suis chouchoutée. C’est sans doute aussi pour montrer à mon papa que je devrais être sa priorité et non les différentes nanas qu’il a.
– Ça ne doit pas être simple tous les jours entre les 2.
– Je te raconterai un jour.
– Ok, dit Chloé en s’asseyant sur le lit et prenant la main d’Axelle pour qu’elle s’assoit à côté d’elle.
Chloé s’approche d’Axelle pour l’embrasser et par la même occasion s’allonger sur le lit. Chloé s’était légèrement mit sur le côté les jambes pliés sur le lit et met sa main sur la cuisse d’Axelle pour continuer son exploration sous la robe. Après plusieurs minutes, Axelle propose d’enlever sa robe et la jupette de Chloé, surtout qu’Axelle commence à avoir chaud. Chloé lui descend le zip de la robe permettant à Axelle de l’enlever. Chloé commençait pas enlever ses bottes, quand :
– Garde-les, tu sais bien que j’adore les bottes quand les portent mais aussi quand d’autres femmes les portes, et encore plus quand c’est toi car c’est très rare.
– Si tu veux, dit Chloé en enlevant sa jupette. Dit donc tu as aussi des cuissardes ?
– Non, mais c’est celle d’Angélique. Avec Maman, elles sont des tenues très coquines, dont des cuissardes comme çà.
– Trop sympa, dit-elle en attrapant les cuissardes. Par contre avec un talon aiguille comme çà tu dois être perché mais pas stable.
– Je te confirme que ce n’est pas évident de marche. Quand je vois Angélique ou Maman avec cela, je me demande toujours comme elles font pour marche aussi naturellement. Ce matin en les essayant, je faisais plus attention à ne pas torde une cheville que d’avoir une allure naturelle.
– Je peux les essayer ?
– Tu fais du combien ?
– 38
– Angélique c’est du 36, mais si tu veux celle de maman c’est du 38. Elles sont un peu plus hautes de tige et de talon. Bouges pas je vais les chercher.
– Et ne dira rien ? demande Chloé à haute voix le temps qu’Axelle descend les récupérer de la chambre de sa maman.
– Elle sait que j’emprunte ses affaires, mais je dois les remettre à sa place et lui dire le soir.
– Ah ok.
– Tiens, comment tu les trouves ?
– Superbes, mais la tige est énorme.
– Elle doit faire 80 cm.
Chloé commence par enlever ses bottes et descend le zip de la cuissarde. Elle enfile son pied et rire sur la cuissarde pour l’enfoncer au fond.
– C’est pire que de la danse, tu as l’impression que ton pied est totalement vertical.
– C’est un peu çà.
– Il fait combien le talon, demande Chloé en remontant le zip jusqu’en haut.
– Tu dois être sur 14 cm.
– Enorme ! répond Chloé en mettant la seconde cuissarde.
– Maintenant, met toi debout que je rigole.
– Pourquoi tu veux rigoler ?
Chloé met bien les pieds à plat le plus près du lit et se penche un peu en avant pour se lever comme elle fait d’habitude. La hauteur du talon inhabituelle, fait que Chloé n’est pas stable et fait rire Axelle.
– Je te l’avais dit.
– Elle fait comment pour marcher avec çà ta mère.
– C’est une question d’habitude Avance pour te regarder dans le miroir. Moi perso je trouve que cela te va bien et j’adore le concept de ta chemise, collant, cuissardes sans rien d’autre.
– Je ne sortirai pas ainsi sans au moins remettre la jupette.
– C’est sympa sans. En plus la chemise recouvre tes petites fesses et les cuissardes t’arrivant à ton entrejambe ne laissent pas grand-chose à voir.
– Oui c’est sûr, mais j’aime bien aussi. Mais c’est bizarre cette sensation de la jambe totalement galbée par la cuissarde.
– Moi j’adore, mais je n’en mets pas quand je sors. Certain dirait qu’à mon âge un telle accoutrement serait pour faire la pute. Donc je fais cela uniquement ici et quelles que soirée avec Maman chez des amis qui n’ont pas cette vision négative.
– Oui c’est sûr, et donc tu les as essayés ce matin ? vas-y montre-moi, car là je te domine.
– Ce n’est pas si simple.
– Pourquoi ?
– Bah en faites avec mon collant et mon body, çà ne donne pas grand-chose. Comme pour toi, le vinyle avec le collant c’est sympa mais pas sexy.
– Pas faux.
– Ce type de cuissardes s’accompagne plus avec une tenue sexy et coquine.
– Comme quoi ?
– Comme une combinaison en latex.
– Une combi en latex, ne me dit pas que tu en as une dans tes affaires.
– Non pas dans mes affaires, mais juste sur moi.
– Tu m’expliques ?
– Sous mon body et mon collant, je porte une combinaison en latex.
– Là je suis curieuse de voir ça.
Axelle commence par enlever son body et laissa apparaître la combinaison. Chloé en reste sans voix, puis enlève ses bottes et son collant avant de mettre rapidement les cuissardes d’Angélique, ne laissant pas paraître la présence de ses pipis à ses pieds. D’ailleurs elle a senti le niveau remonté quand le zip a serré la jambe.
– Je ne connaissais pas ce côté coquine, mais c’est vrai que l’ensemble est beaucoup chaud.
Chloé curieuse s’approche d’Axelle et commence à passer ses mains sur le corps d’Axelle. Cette sensation de latex mais aussi de suivre les moindres formes la laissait très rêveuse. Axelle ne restant pas indifférente, commence aussi les caresses sur Chloé. Rapidement toutes les deux avaient leur main sur l’intimité de l’autre toujours en s’embrassant. Chloé est la première à commencer la masturbation du l’intimité d’Axelle qui fait de même quelques instants plus tard. Dans leurs moments coquins, Chloé emmène Axelle sur son lit. De côté en s’appuyant sur leur coude et sur le talon écartant ainsi leur entrejambe, cela laisse toute liberté à chacune pour un grand plaisir partagé. Mais Chloé ressentait à travers le latex toutes les formes de l’intimité d’Axelle, y compris son clito. Axelle est la première à jouir, mais redouble l’intensité de la masturbation de Chloé pour également la faire jouir. Elles reprennent leurs esprits, mettent les oreillers au niveau de la tête de lit puis s’adosse au niveau de celle-ci les genoux en position haute.
– Mais çà sort d’où cette tenue ?
– Maman a toujours été féminine depuis qu’elle est toute petite. Jupe, collant, bottes, cuissardes, petit haut sexy ou coquin, lingerie sont les points où tu vas trouver une grand diversité dans ses affaires. Puis il y a le moment des hommes, qui ont permis ma venue, mais aussi qui l’a dégouté d’eux. Plus de confiance ni d’intérêt, dans un premier temps elle s’est isolé du monde amoureux en composant ses envies sexuelles avec différents jouets sexuels comme la combinaison en latex, les cuissardes et plein d’autre truc.
– Comme quoi ?
– Gode, plug, tenue sexy et même des ballets boots.
– C’est quoi ?
– Ceux sont des bottines où ton pied est à la verticale comme quand tu fais des pointes de danse. Ça te donne une impression de hauteur, mais encore moins facile à marcher que les cuissardes que tu portes.
– Tu pourras me montrer.
– Oui si tu veux.
– Et donc toi, la combinaison latex.
– J’avais vu plusieurs fois Maman et Angélique dans leurs combi et comme je prends beaucoup exemple sur ma maman, un jour j’ai enfilé la combi d’Angélique pendant une demi-journée. Comme j’avais trouvé cela super j’avais recommencé, sauf que maman est rentrée avant que je me change, elle a vu que je portais la combi.
– Tu as du passer un sale quart heure.
– Non pas trop, nous avons plus discuté et elle m’a dit qu’elle ne voulait pas que je fasse des choses dans son dos et qu’il suffisait juste de lui demander. Qu’à mon âge je pouvais avoir des envies de découverte de mon corps afin de mieux comprendre ma sexualité.
– Vraiment trop cool ta mère, qu’es ce que j’aimerai avoir une maman comme çà qui soit aussi compréhensive et surtout qui t’écoute.
– Et ce matin quand je suis partie me promener, je ne pensais pas que nous nous verrions, car je voulais te parler de mes petits moments coquins avant.
– D’accord, mais c’est comment dans ta combi ? tu ressens quoi ?
– La sensation la plus forte, c’est celle de cette matière qui te colle à la peau. J’ai la sensation qu’elle fait partie de mon corps et que je suis toute nue, mais en même temps elle couvre intégralement mon corps pour ne rien dissimuler aux yeux de tous. En plus la sensation de compression sur tout le corps est assez agréable.
– Ah Ok, et là tu n’as pas froid ou chaud ?
– Dehors avec des vêtements c’est super agréable, mais dans l’appartement il est préférable de ne rien porter par-dessus, car tu as vite chaud à être en nage en dessous. Une fois, je la portais mais habillée avec pull, collant, jean et j’étais en sueur en dessous. Je sentais la sueur en dessous qui dégoulinait partout. Quand je l’ai enlevé, j’étais trempée, mais vu que c’est étanche cela ne se voyait pas au niveau de mes affaires.
– Donc là par exemple, tu es mouillée en dessous.
– Exactement mais en plus il faut que je te dise un truc. Tout à l’heure, tu me demandais pourquoi je n’avais pas envie de faire pipi en revenant du Mc Do.
– Ne me dit pas que tu fais pipi dedans ?!
– C’est ce que je voulais te dire, j’adore me soulager dedans.
– Non c’est des conneries.
Axelle sans rien dire prend la main de Chloé et la mets entre ses cuisses au niveau de son intimité. Elle se lâche d’un jet assez fort. Ayant les genoux en hauteur, tout le pipi reste au niveau de ses fesses. Chloé sent à ce moment-là la chaleur au niveau de la combi.
– Voilà, maintenant tu sais.
– Mais tout à l’heure quand nous sommes arrivées au Mc Do, tu as été aux toilettes.
– Oui j’avais vraiment envie et je ne voulais pas changer mes habitudes que tu connais un peu.
– Ah oui misse pipi.
– Exactement.
– Mais alors qu’as-tu fais dans les toilettes ?
– Comme toi, j’ai fait pipi, sauf que moi j’étais debout, comme si tu le faisais dans la douche, à la piscine ou dans la mer.
– Tu n’es pas très nette comme fille, mais j’adore cette personnalité cachée. Donc ça fait 2 fois que tu fais pipi dans ta combi ?
– Je n’ai plus de secret pour mes petits jeux de pipi.
– Et tu fais çà souvent ?
– De temps en temps, mais surtout quand je suis seule ou avec Maman et Angélique. J’espère que tu n’es pas choquée ou déçue ?
– Pourquoi veux-tu que je sois déçue ? Je n’aurais pas imaginé cela mais ça ne me dérange pas.
– Et ça te dirais d’essayer ?
– Pour la combi, je veux bien, mais pour le reste on verra à ce moment-là. Ce n’est pas l’envie que me manque de continuer à discuter avec toi de tous tes petits secrets qui ne me laisse pas indifférente, mais il faut que j’y aille.
En se levant, Chloé regarde Axelle d’un air curieuse ?
– Pourquoi tu me regardes comme çà ?
– Je sais que tu as fait pipi dans ta combi, mais je ne vois rien.
– Que tu ne vois riens c’est normal, car quand je me suis levée, cela a coulé vers mes jambes, le tout étant retenu par les cuissardes.
– Mais tu n’as pas de fuite ?
– La combinaison est bien étanche, mais il faut juste faire attention à ne pas s’allonger complètement ou de faire le poirier.
– Mais tu peux faire combien de fois pipi ?
– Autant que tu veux, le volume à chaque fois est limité et la contenance très importante. Un jour j’ai fait le test avec la douche. J’avais mît un jean, une chemise en coton et mes cuissardes et j’ai rempli la combi jusqu’à sentir l’eau au-dessus de ma poitrine.
– Et alors ?
– J’avais du doubler de volume, le jean était tendu à son maximum faisant un petit bourrelet au-dessus de la haut de la cuissarde et pareille pour la chemise.
– Trop marrant.
– Apres je me suis pesée, et là horreur, j’avais pris plus de 15 kg, que je sentais bien en me déplaçant.
– Mort de rire. Allez, j’y vais sinon je vais être à la bourre.
Axelle raccompagne Chloé à la porte d’entrée et embrasse Chloé.
– Tu n’oublies rien ?
– J’ai mon sac et mon blouson.
– Et tes bottes ?
– Ah mince, tu avais vu que j’avais gardé les cuissardes, je serai bien repartie avec.
Chloé change pour remettre ses bottes et fait ses derniers bisous avant de partir.

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire