Histoires de tromper Histoires érotiques au travail

Spectacle 2/2

Spectacle 2/2



DUR, TRES DUR 2/2

Invitée par mon amant du moment j’assiste à un spectacle peu commun, un éducateur exhibe deux filles que leurs maîtres lui ont amenées pour en faire des soumises.
C’est incroyable ce qui se déroule sous mes yeux.

Je pense que la démonstration est terminée mais un homme de l’assistance prend la parole.
<>.
Le maître des lieux lui répond.
<>.
Il s’adresse aux deux femmes.
<>.
Du doigt il montre d’abord la dominatrice puis me désigne.
De nouveau les soumises se déplacent à quatre pattes obéissant à l’ordre reçu, la brune s’arrête devant Cruella pendant que la blonde se place devant moi.
Je remarque son dos, ses cuisses et ses fesses marqués par les coups de fouet et de cravache.

Bien que surprise, car on ne m’a pas demandé mon accord, mais habituée à me montrer nue devant une assistance, je me laisse dévêtir par Suceuse .
Tout en me déshabillant et me caressant elle pose ses lèvres contre les miennes, sa langue pénètre dans ma bouche.
Ma langue se mêle à la sienne et nous échangeons un long baiser.
Avec les pipes qu’elle a faites aux hommes l’odeur de sperme est forte et j’en garde le goût dans la bouche.
Elle caresse mon corps et lèche mes seins puis triture et suce les tétons.
Elle sursaute car la cravache de Yann vient de lui cingler les fesses.
<>.
Du coup elle met plus d’ardeur à la tâche qui lui a été assignée.
Une main s’aventure entre mes cuisses que j’écarte.
Je me retrouve allongée les jambes écartées et positionnées de chaque côté du banc, les pieds posés sur le sol. Ce n’est pas très confortable.
Sa bouche s’active sur mon sexe puis sa langue fouille mon intimité pendant un moment.
Ensuite elle léche, embrasse mon ventre puis ma poitrine et suce mes tétons pendant qu’elle doigte ma chatte puis masturbe mon clitoris.
Bien qu’ayant été désorientée par le spectacle du dressage le plaisir ne tarde pas à monter dans mon ventre.
Un coup de cravache claque.
Elle sursaute puis les doigts de la main qui s’occupe de mon clitoris masturbent celui-ci plus rapidement, en même temps elle doigte vigoureusement ma chatte et mon anus avec les doigts de l’autre main pendant que sa bouche suce, mordille et étire mes tétons.
Au fil des minutes le plaisir que je ressens devient de plus en plus fort, Suceuse s’en aperçoit aux réactions de mon corps et met encore plus d’ardeur à la torture qu’elle m’inflige.
Au bout d’un moment mon corps se tend, je suis prise de spasmes pendant que de la cyprine s’échappe de mon vagin et vient tacher le banc.
Une fois que j’ai atteint la jouissance Suceuse cesse de me torturer et reste immobile à genoux à côté de moi attendant les ordres de son maître.
Orgasme en avait déjà terminé avec Cruella la dominatrice, celle-ci a joui bien plus rapidement que moi émoustillée qu’elle était par le spectacle.
Je me rhabille pendant que les soumises regagnent le centre se la pièce.

Le propriétaire des lieux reprend l’initiative.
<>.
Il continue son laïus.
<>.
<>.
<>.
Il quitte la salle et revient rapidement tenant quatre chiens en laisse.
<>.
Une fois en place et laissées seules les deux filles s’accroupissent et attendent.
Le maître dresseur montre du doigt Orgasme et lance un ordre à deux chiens qu’il a lâchés.
Les bêtes se précipitent vers la fille qui reste immobile et commencent à lui tourner autour et la lécher.
Un nouvel ordre, un doigt pointé et les deux autres chiens se dirigent vers Suceuse.
<>.
Pas de rebellion, les filles caressent chacune deux chiens partout et embrassent le museau de celui qui s’approche suffisamment d’elles.
On voit que les bêtes ont l’habitude de ce genre d’exercice car elles se prêtent aux caresses surtout quand une main s’occupe de leur sexe.
Rapidement on voit les pénis sortir des fourreaux et grossir.
Le plus difficile pour les filles est de disposer les chiens de façon à pouvoir s’occuper des deux en même temps.
Les esclaves en sont à lécher et sucer alternativement le pénis de leurs deux partenaires qui habitués à ce genre de caresses, après avoir pris la pose demandée, ne bougent plus.
Ensuite se positionnant à genoux elles se retrouvent avec un chien derrière elles les pattes posées sur leur dos, elles l’aident à enfoncer son membre dans leur intimité et pendant que le corps de la bête remue pour faire bouger son sexe dans la chatte elles font une fellation à leur deuxième partenaire.
L’accouplement ne dure que quelques minutes avant que les chiens n’éjaculent dans la bouche et le vagin des filles qui avalent le sperme puis attendent un peu sans bouger avant de se défaire sans brutalité des pénis et de s’accroupir attendant un ordre sans se soucier du sperme qui coule de leur intimité.
Le maître dresseur rappelle les chiens qui viennent se placer à ses pieds.

<>.
Fabien m’explique:
<>.
Il avait raison Suceuse recoit la note de 3/10 et Orgasme 6/10.
Les hommes sont invités à venir punir les deux filles qui d’elles-mêmes s’allongent, ventre contre le sol, mettant leurs fesses et leur dos à la disposition des bourreaux.
Les coups de cravache, qui sont comptés, pleuvent surtout sur la blonde puisqu’elle a été plus mal notée.
Le nombre de coups donnés par chaque homme est la différence entre la note reçue et 10.
On demande aux suppliciées de se retourner et de se coucher sur le dos, les cravaches s’abattent sur leur poitrine, leur ventre et entre les cuisses.
Même si elles se déplacent en recevant les coups, elles se remettent rapidement en position.
Elles pleurent et crient beaucoup ce qui excite les hommes, la blonde urine même en recevant les coups.
Fin de la punition.

Comme la représentation est terminée Suceuse et Orgasme font le tour des invités à quatre pattes et embrassent nos pieds en guise d’au revoir.
Leur visage fait peine à voir, elles sont éprouvées par les sévices.
De nouveau affublées des muselières et tenues en laisse par leurs maîtres, elles retournent dans leurs cages.

Les hommes ravis par le spectacle partent boire un verre.
Les femmes ne sont pas conviées car considérées par les mâles comme une race inférieure juste bonne à être réduite à l’état de soumise.

Avec Cruella et les deux soumises nous nous retrouvons dans la partie du bâtiment ou la blonde et la brune sont en cage.

Elles ont été libérées de leurs muselières, la dominatrice leur parle.
<>.
<<ça fait un peu plus de deux mois que je suis en couple avec Yann. Rapidement il m'a dit que j'étais sa chose et a commencé à amener chez lui un de ses copains, jamais le même, j'ai du leur faire l'amour mais cela n'a pas été facile car je ne voulais pas mais je craignais ses représailles car il me battait quand il n'était pas satisfait>>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.

Elle passe à la brune.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>.
<>
<>.
<>.
<>.

Cruella s’adresse à Sodome et Doucette les deux autres soumises qui attendent un peu plus loin à genoux la tête baissée.
<>.
Les deux soumises viennent s’agenouiller devant les cages et expliquent longuement aux prisonnières comment elles doivent se comporter et ce que sera leur avenir sans personnalité et uniquement axée sur la satisfaction des désirs et exigences de leur maître.
Elles racontent comme si c’est naturel la partie punitions, privations et humiliations.
Je réalise qu’elles ne s’imaginent pas qu’à un moment celui qui les a asservies les mettra à la rue quand elles n’auront plus d’attrait pour lui ou dans le meilleur des cas fera un échange de soumise avec un autre propriétaire.

Les hommes reviennent et Adrien me rejoint.
Les apprenties esclaves sont sorties de leur cage et passent sous la douche afin d’être plus présentables.
Muselées elles sont emmenées, tenues en laisse, vers l’habitation ou elles vont soulager des hommes de l’assistance qui les ont louées.

Avant de partir Adrien m’amène dans un autre partie du bâtiment ou enfermés dans des cages je vois une dizaine de chiens de races différentes.
<>.
<>.
<>.

Il me montre également la centrale qui chauffe les bâtiments en puisant l’énergie dans le sol.
Ce chauffage géothermique assure une bonne température ce qui est nécessaire pour les soumises en devenir qui restent nues en permanence.

Dans la cour nous passons devant une petite remorque de transport.
<>.
<>.
<>.

Nous regagnons sa voiture, il démarre puis il me demande mes impressions.
<>.
<>.
Il me dit avoir assisté à une séance de filles avec les chiens et aussi avoir fait partie de groupes qui se sont soulagés dans la chatte et le cul de futures soumises.
Il m’avoue que tout ça n’est pas gratuit que ce soit pour les spectateurs ou les participants.

<>.
<>.
Quelques minutes après il s’engage dans un chemin forestier et stoppe sa voiture.

Je déboutonne son pantalon et en extirpe difficilement son sexe déjà bien gonflé et raide.
Après avoir caressé le pénis je me penche et l’embrasse puis le lèche partout pendant un moment.
Très excité il commence à remuer sur son siège.
D’un mouvement brusque j’enfonce la verge dans ma bouche, il sursaute et soupire.
Serrant au maximum mes lèvres autour de son membre et faisant jouer ma langue je lui fais une fellation avec des aller-retour rapides.
Il en profite pour peloter mes seins et caresser ma nuque.
Trop excité il ne résiste pas longtemps, son corps se tend pendant que je sens la queue gonfler encore dans ma bouche puis avec des soubresauts elle déverse des jets de sperme dans ma gorge, j’avale tout en continuant à sucer.
Il me repousse et me demande de sortir du véhicule.

Il se dirige vers l’avant de sa voiture, je le suis.
Après qu’il aie retroussée ma jupe je me retrouve adossée contre le capot de la voiture les jambes écartées.
Il se colle contre moi et avec une main écarte ma culotte pendant que son autre main dirige sa queue entre mes jambes, elle bute contre mon sexe avant d’en trouver l’ouverture et de s’y enfoncer quand il pèse avec le poids de son corps.
Il se met à me défoncer à grands coups de reins les doigts agrippés à mes hanches.
Il s’active un bon moment puis il se crispe pendant, je sens le sperme couler dans mon vagin qu’il éjacule.
Il se retire et essuie sa queue avant de la remettre dans son pantalon pendant que je rajuste ma tenue.
Nous remontons dans l’auto et il démarre.

Il me dépose là où nous avions rendez-vous en début d’après-midi puis nous nous séparons.