Histoires de sexe en groupe Histoires de sexe mobiles Histoires érotiques

Edouard et David

Edouard et David



J’avais 18 ans. Il faut se situer: été 1979. A l’époque, je sortais avec un garçon presque deux ans plus jeune que moi. David, s’appelait. Ce n’est pas avec lui que j’avais perdu ma virginité et bien que je n’étais pas encore une femme trop expérimentée en matière sexuelle j’étais déjà très curieuse et très ouverte, Ceci dit, David il était fou de moi car c’est bien moi qui l’avait dépucelé et, bon, à 16 ans un garçon a toujours envie de… Je le sais plus que bien! J’en ai un à la maison! En tout cas, lui, il était très content car un jour oui l’autre aussi, soit je le branlais, soit je le suçais (presque toujours dans les toilettes du lycée; rien à voir avec les toilettes hyper clean d’aujourd’hui)…Et deux ou trois fois par semaine, on allait chez lui car ses parents avaient un commerce et ne rentraient jusqu’à tard le soir. Et chez lui, eh bien, on baisait. Il était très maladroit et assez éjaculateur précoce (la première fellation a du durer 10 secondes; je n’ai pas eu le temps de lui enlever la queue de ma bouche qu’il m’avait déjà inondée la gorge d’une bonne cuillère à soupe de sperme… bon, j’ai toujours aimé ça, mais, quand même). L’avantage de la jeunesse est que, précoce ou pas, quinze minutes après avoir joui, les garçons sont à nouveau d’attaque! Et en prenant le temps, de la patience et quelque pétard, on finissait par passer de très bons moments de sexe.

Donc, avec David et Edouard, un ami à lui de 19 ans qui avait une vielle bagnole, on décide d’aller passer quelques jours en Espagne, faire du camping sur la Costa Brava… A Cadaqués. Une semaine. Je me rappellerais toute ma vie que les parents à David avaient appelé chez les miens pour leur demander s’ils pouvaient laisser partir leur fiston… Mes parents étaient très très baba-cool!

On part, on installe la tente (une canadienne assez petite) et on commence nos vacances qui consistaient à: manger de tapas, aller à la plage (c’est là que j’ai fait du topless pour la première fois de ma vie), sortir en broîte, se saouler à mort et fumer de la marijuana. Déjà, à l’allée -14 interminables heures de voiture- j’avais remarqué qu’Edouard me regardait avec beaucoup d’intérêt… J’étais une fille très gaie, très vive, très coquine, mais aussi, assez dévergondée. David il était très innocent… Edouard, moins. Le premier jour, en arrivant, il faisait déjà nuit. On a planté la tente et nous sommes descendus au village pour manger quelque chose. Ensuite on est allé en discothèque… Je me rappelle d’avoir dansé comme une possédée et comme David il était collant. Il ne pensait qu’à une chose. Moi, aussi d’ailleurs; mais, je n’étais pas pressée. Edouard est disparu. Et à un moment donné on l’a revu en train de draguer une fille du type nordique. Il nous a dit de partir, qu’il dormirait dans la voiture. Cette première nuit là, il n’a même pas dormi dans la voiture car il s’est fait la norvégienne sur la plage.

Le lendemain, sur la plage, j’ai commencé à avoir envie de lui. Il était beau. Il était grand. Il avait un très beau sourire et de très belles mains. Je laissais que David me badigeonne de crème solaire même sur les parties de mon corps où je pouvais le faire moi même, comme les seins où mes cuisses. Je laissais faire David tout en regardant les yeux verts d’Edouard qui me fixaient d’une façon très lubrique… Mais, j’étais avec David, Edouard était son ami et je m’amusais déjà beaucoup comme ça. En plus, Edouard ne voulais pas dormir avec nous sous la tente; donc, David et moi dormions à poil, tellement il faisait chaud et lui à la plage ou dans sa voiture. Comme ça jusqu’à la dernière nuit…

Cette dernière soirée fut inoubliable. On démarra, comme d’habitude à la discothèque. A vrai dire, j’ai des souvenirs un peu flous car j’étais déjà assez guillerette. C’était un bal qui n’avait rien à avoir avec les nôtres. De jeunes gens et de moins jeunes, de toutes nationalités, buvant, fumant, chantant et dansant comme de possédés. C’étaient des années folles en Espagne. Les gens avaient une envie terrible de faire la fête et d’oublier 40 ans de répression et faux puritanisme…
Comme j’ai dit, je ne me rappelle pas trop bien, mais je sais qu’on a tous fini à la plage pour une baignade nocturne… On n’était pas seuls mais tout le monde était très jeune, ivre et nu. De retour au camping, je me souviens de marcher en chantonnant et qu’Edouard et David me tenaient par la taille. Je crois- je n’en suis pas trop sure- qu’au long de la soirée et de la nuit, j’avais déjà roulé quelques pelles aux deux. Je devais être hyper excitée!

En arrivant au camping, Edouard nous a demandé s’il pouvait dormir avec nous dans la tente. Après un petit moment d’hésitation, on lui a dit oui (peut être moi, directement). Il a pris sa serviette et est parti prendre une douche. David et moi, nous sommes allés directs à la tente. J’imagine que tu sais comment c’est un camping, côte intimité: il n’y en a pas beaucoup. Ceci dit, à Cadaqués et à cette jeunesse déchaînée et dévergondée! Pas du tout comme aujourd’hui, que tu as le malheur de péter au beau milieu de la nuit et on porte plainte contre toi!

On s’est mis les deux tout nus dans la tente. Comme on l’avait planté en dessous d’un lampadaire qui restait allumé toute la nuit, on avait une espèce de pénombre en permanence à l’intérieur de la tente. Je me suis couchée et David a mis la tête entre mes jambes pour me bouffer la chatte. Je me souviens de lui avoir dit quelque chose par rapport à Edouard, mais je n’ai pas offert beaucoup de résistance…J’ai fermé les yeux et je me suis abandonnée au plaisir de ces caresses bucco-linguales. Le bruit de la fermeture éclair de la tente nous a ramené à la réalité. J’ai ouvert les yeux et j’ai vu Edouard, nu, avec son magnifique torse et un sourire lubrique dessiné sur son visage… Et une superbe queue en processus de redressement opérationnel :

– Je peux ?, a-t-il lancé, moitié à son ami, moitié à moi.

David était assez interloqué, la bouche ouverte et dégoulinante de bave. Je lui avais fait un geste de continuer et tendu mes bras vers Edouard :

– Viens ! Rejoins-nous !

La tente était petite, nos peaux humides collaient les unes aux autres, l’air sentait le sel, le iode, la transpiration et le sexe. Pendant de longues minutes, Edouard m’a caressé les seins sans laisser un seul moment de me fourguer sa langue dans ma bouche… J’avais du mal à respirer, j’étouffais et je jouissais ! Première et dernière fois dans ma vie que je atteignais l’orgasme par l’action simultanée de deux langues différentes. David, surexcité, avait arrêté son cunnilingus, avait soulevé mes hanches et me pénétra abruptement. Edouard, s’est mis à genoux, et j’ai senti son gland enflé tout près de ma bouche. Je l’ai englouti et lui ai sucé la queue avec passion. Je sentais comme on me pinçait les tétons mais je suis incapable de dire si c’était l’un ou l’autre.

Mon deuxième orgasme était sur le point d’arriver, quand David sortit de moi aussi abruptement qu’il y était entré et cria :

– Je jouiiiiiisssss !!!

Mais, à la place de le faire dans moi –chose qui aurait provoqué sans doute ma jouissance-, il s’est approché de mes seins et il a éjaculé sur moi, mais avec une telle force que le premier jet, je l’ai senti carrément sur ma bouche, occupée et pleine avec la bite de son ami. Avec ma langue, j’ai cueilli et savouré un peu de son sperme qui avait éclaboussé la verge d’Edouard.

– Putain, mec ! – celui-ci s’est exclamé, en s’écartant de moi.

La bouche grande ouverte, la langue comme tapis de réception, j’ai accueilli les suivantes décharges du foutre de mon petit ami. C’était au tour d’Edouard, de faire une tête toute drôle !

David s’est couché de côté, dans un coin de la tente, et il s’est mis à zieuter comme son ami me prenait, dans la même position du missionnaire, avec une cadence beaucoup plus mesurée, plus maitrisée, plus profonde. Je l’avais ceinturé avec mes cuisses, en refermant-les avec mes pieds derrière son dos, à hauteur de ses reins. Comme une machine à coudre, nos bassins se sont synchronisés et des spasmes de plaisir exquis m’ont parcouru toute entière.

– Putain, Sandra ! Tu pisses ou quoi, là ?
– Non… Mmm… Aaaahhh… Je … je… jouiiiiii… ssss… Aaaahhh
– Merdeeeee ! Moi, aussiiiiii !!!

J’ai retourné la tête, à moitié dans les vaps, et j’ai vu comme David me regardait. C’était un regard mélange d’excitation et de perplexité, d’admiration et de jalousie… Je le reverrais d’autres fois dans ma vie, ce regard, propre aux hommes qui luttent entre leur besoin de propriété exclusive de leurs femmes et l’envie de les voir se donner à d’autres devant leurs yeux. Nous, les femmes, ne sommes pas comme ça… Au moins, moi. Quand j’ai vu mon homme avec une autre femme, quand j’ai vu qu’il prenait son pied, eh, ben ! J’étais contente… Je suis comme ça ! En tout cas, David il nos regardait et pris il se touchait ostensiblement, son sexe encore tout mou. Je lui ai demandé de s’approcher et j’ai saisi sa bite dans ma main. Edouard et sorti de moi. Ç’a fait un léger « plouf ! » et j’ai senti couler entre les lèvres de mon vagin une quantité de jus impressionnante. Il s’est couché à coté de moi et m’a déposé une main sur mon sein.

– T’es superbe, Sandra. Il a chuchoté. T’es un veinard, David !

Comme mon petit copain continuait à me regarder un peu de travers et j’avais envie de continuer un peu plus la fête, je lui ai dit, en me retournant vers lui et en offrant mes fesses à Edouard, qui s’y est collé tout de suite :

– Mon gros, t’en fais pas ! C’est toi que j’aime !

Et on s’est endormi comme ça. Moi collé à David, une main sur ça queue ; Edouard collé à moi, sa queue entre mes fesses…

Au réveil, ils m’ont prise, à nouveau, chacun à leur tour. C’était très, très bon !

Mais… David il était trop jeune pour comprendre ce genre de choses. Il a dit, en rentrant, que c’était fini. Moi, ça m’a fait un peu de la peine. Juste un peu. Je suis sortie, quelques mois avec Edouard !