Histoires de sexe en français Histoires de sexe viol Histoires gays

Au réveil

Au réveil



Je ne me souviens plus de rien avant cette sensation de froid intense qui me réveilla. Je suis soudainement pris de frissons et le frottement incontrôlable de mon corps nu contre le sol est la seul preuve que je suis encore vivant et apparemment entier. Vide de toute énergie il m’est impossible de bouger le moindre de mes membres et malgré tous mes efforts, le simple fait d’ouvrir les yeux me parait impossible. Je suis reste ainsi un long moment secoué de spasmes dans le noir à même le sol comme un morceau de viande inanimé avant que la lumière ne s’allume.
J’ouvre alors les yeux sur ce qui semblé être un cave, une pièce d’environ 4 mètre sur 4 au murs de béton brut et avec pour seul issue une porte métallique sans poignée et une t**** qui ressemble à un monte charge.
Une peur panique s’empare alors de moi et surpassant la douleur de mes multiples courbatures, je me redresse tant bien que mal. Assis au milieu de cette pièce froide je fait un rapide état des lieux mais rien de se que je vois ne me rassure. derrière moi, face à la porte un grand matelas est posé sur le sol avec comme seul draps une grande couverture sale et rêche que je décide d’att****r afin de m’en recouvrir pour me réchauffer. Dans le coin à gauche de la porte ce trouve des toilettes et dans le coin droit un pommeau de douche et un distributeur de savon fixé au mur. Je comprend rapidement que je ne suis pas sensé sortir de cette pièce avant longtemps. Alors que je commence à me réchauffer, j’aperçois dans chaque angle supérieur de la pièce une vitre sombre et j’en déduis que quelqu’un me regarde à travers un système de cameras.
L’air de la pièce aussi ce réchauffe par le biais d’une grille d’aération que je remarque au bas d’un mur; mon geôlier contrôle donc le climat de ma nouvelle demeure au grès de ces humeurs. C’est alors que je l’entend pour la première fois, d’une voie qui vient briser le silence qui règne dans la pièces et le sifflement dans ma tête qui le couvrait.
“Bonjour, j’espère que ton réveille n’et pas trop difficile.”
Je cherche à reconnaitre sa voie mais elle ne me rappel personne … l’espoir d’une plaisanterie de mauvais gout s’éloigne.
“Tu ne te rappel surement pas grand chose de tes dernières heures conscient mais c’est mieux ainsi car tu ne t’habitueras que plus facilement à ta nouvelles vie. Sache que tu peut oublier tes 19 premières années et considérer ce jour comme une nouvelle naissance.
Je t’ai laissé rapidement découvrir ton nouveau chez toi mais laisse moi t’en dire un peut plus. Tout d’abord désolé pour le coté spartiate de la décoration mais je te rassure elle évoluera en fonction de tes gouts et surtout de ta capacité à m’obéir, car je ne le répéterai jamais assez mais tu est ici pour m’obéir. Comme tu l’as surement constaté tu possède donc un matelas qui se garnira de draps si tout ce passe bien, de toilettes et d’une douche dont le fonctionnement et la température de l’eau sont sous mon contrôle. Rappel toi toujours ceci, ici tout est sous mon contrôle. La température de la pièce comme tu a pu le constater, mais également la lumière et le débit d’air. Il me suffit donc d’une simple pression sur un bouton pour que tu suffoque et que tu meurt sans que personne ne t’entende car cette pièce est également insonorisé. Je suis le seul à t’entendre et à te voir par les quatre cameras fixées au plafond. Ton alimentation aussi sera concéquence de ton obéissance. Elle te sera livré par le monte charge à coté de la porte et il te faudra tout boire et tout manger sans discuter. D’ailleurs pour te prouver ma bonne volonté, il y a dans ce monte charge une petite collation et un cadeau que tu devra récupérer quand j’aurai terminé. Si tu te pose encore la question de pourquoi tu est là, il n’y a qu’une réponse à retenir. Tu est là pour obéir à ton maitre, et ton maitre c’est moi ! Tu doit satisfaire chacune de mes envies, obtempérer à chacun de mes ordres et suivre à la lettre le programme que je t’ordonnerai chaque jour. Si tu accepte ces quelques règles simples tu pourra jouir de jour en jour de plus de libertés mais si tu refuse tu vivra un enfer qui se soldera par une longue agonie. Je te laisse à présent découvrir tes cadeaux et te reposer, demain t’attend une longue journée.”
Abasourdie par ce monologue et sous le choc, je me lève tremblant comme une feuille sur mes jambes pour me diriger vers le monte charge que j’ouvre. Je trouve à l’intérieur un verre de lait et quelques gâteaux sec ainsi qu’une photo et un cage à pénis. C’est la photo d’une superbe transsexuelle brune au cheveux long et à la peau clair à quatre patte en talon et tenue en laisse. Au dos de la photo est noté au stylo “voici ton nouveau modèle, garde la sous les yeux tous les jours et n’oubli pas de passer ton autre cadeau”
J’ai alors enfilé mon sexe dans cette cage métallique froide avant de la refermé derrière mes testicules m’interdisant ainsi l’accès à mon propre sexe tant que mon maitre ne m’en enverrait pas la clé. Je suis donc à compté de ce jour une sissy girl !

A propos de l'auteur

HistoiresSexe

Je publie des histoires de sexe quotidiennes pour mes lecteurs.

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire