Histoires de sexe soeur Histoires de tromper

en attendant la suite de “dans mon lotissemen

en attendant la suite de “dans mon lotissemen



UN PEU EGARE

Depuis le printemps, un stand de maraîchers venait tous les samedis matin sur la place de la commune pour vendre leurs productions biologiques.

Le stand était tenu par deux frères de 25 et 28 ans. Leur look baba cool me rappelait mes années 70 que j’aimais beaucoup par le côté bio, quand tout le monde s’aimait sans agressivité, j’avais les cheveux longs, la barbe, les jeans patted’efs.

Après deux années, à l’approche de l’hiver, ils m’avertirent qu’ils arrêtaient de venir le samedi, cela n’était pas rentable, mais qu’ils continueraient à vendre directement à la ferme qui se trouvait à 2 km de chez moi, m’incitant à y aller en vélo.

Par un bel après midi de mai, je décidais d’aller à vélo essayer de trouver leur ferme avec les indications qu’ils m’avaient fournies. J’aime porter des vêtements sans rien dessous je trouve excitant de sentir le tissus bouger sur mon sexe, de penser aux gens que je côtoies, se doutant pas de ma tenue me fais parfois bander. Je ne dérogeais pas à cette habitude pour mettre mon short un peu court mais assez large pour laisser passer l’air entre mes jambes, un tee-shirt, mes tennis, et hop j’enjambe le cadre de mon vélo et c’est parti pour une balade.

Lorsque je pédalais, je sentais un léger filet d’air pénétrer par la jambe de mon short, ce qui commençait à m’exciter. Lorsque je n’ai pas besoin de pédaler, je me mets debout sur les pédales. Mon service trois pièces se détend. J’ai sorti tout mon attirail, n’osant pas enlever mon short au cas où je croiserai quelques passants, bien que l’envie soit forte.

Après quelques kilomètres à travers différents chemins qui courent à travers la campagne, j’avais l’impression de tourner en rond. Ne sachant plus quel chemin prendre, je décidais de demander mon chemin. Je voyais au loin le toit d’une maison isolée. En me rapprochant, j’entendais le bruit d’une tondeuse à gazon. J’étais sûr de trouver quelqu’un pour me renseigner.

La maison était entourée d’une grande haie de thuyas qu’un long portail blanc coupait. Je descendis de mon vélo. Je cherchais à travers la haie un espace pour essayer de voir qui utilisait cette tondeuse. Je sursautais de peur lorsqu’un un chien se jeta sur la haie en aboyant. La personne arrêta sa machine pour rappeler son chien Je profitais de ce silence pour l’appeler :

– Monsieur ! Monsieur !

Je m’approchais lorsque je vis s’ouvrir le portail. Un homme apparut pour demander :

– Vous cherchez quelque chose ?

Je lui expliquais mon embarras, ce que je cherchais. J’avais devant moi un homme entre 40/45 ans, chevelure grisonnante et bien entretenue. Il était torse nu, bronzé, avec quelques petits poils poivres et sels. Il devait être sportif à voir ses pectoraux. Mon regard descendit rapidement pour apercevoir ses abdominaux juste au dessus d’un short d’un tissu très léger assez ample.

Il m’invitât à rentrer en m’expliquant qu’il habitait là que depuis un mois, qu’il ne connaissait pas très bien les alentours, mais que l’ancien propriétaire lui avait laissé des documents, qu’il y aurait peut être une carte détaillée. En se dirigeant vers le garage. Je remarque que le terrain est entièrement clos. J’imagine que je serais souvent à poil si j’avais un tel environnement.
En le suivant, je pouvais admirer son petit cul aussi musclé que le reste. Je ne restais pas insensible à sa morphologie.

Il ouvrit la porte de son garage dans lequel se trouvait une table de ping pong, des étagères sur un mur. Il me dit :

– Je dois chercher un peu.

En se penchant vers l’étagère du bas, son short, laisse apparaître le début de sa raie. En se relevant il remonte son short. Ne trouvant pas, il prit un escabeau pour aller voir sur l’étagère la plus haute en me demandant de le tenir pour ne pas qu’il chavire. Je le regardais grimper. Arrivé à la plus haute marche, en relevant la tête, je pouvais distinguer par une jambe une de ses couilles. J’étais tétanisé de voir ce début prometteur, alors que ma queue commençait à se redresser. Gêné, je tournais la tête pour essayer de contrôler mon érection.
Je ne sais pas si il avait vu que je le matais, mais changea de position, écartant sa jambe pour atteindre une broîte en fer. En relevant de nouveau la tête pour voir ce qu’il faisait, j’avais une vue générale sur son attirail. Une belle paire de boules pendantes sur lesquelles reposait sa verge d’une belle proportion, le gland recouvert de son prépuce. Je ne pus contrôler d’avantage ma raideur devant un tel tableau. Je l’entendis dire :

– Je crois que j’ai trouvé !

J’espérai qu’en redescendant il ne verrait pas la bosse de mon short. Il me remercia d’avoir tenu son escabeau. Arrivé au sol, en faisant un geste, il heurta mon short. Il ne pu ne pas sentir la raideur de mon sexe. Il ne dit rien.

Il étala la carte sur la table. Nous étions l’un à côté de l’autre au point que nos bras et nos jambes se frôlaient. Feignant de se gratter le dos, il posa sa main sur mes reins. Voyant que je ne bougeais pas, il la fit glisser dans la ceinture de mon short pour atteindre mes fesses. Immobile, je le laissais faire. Sa main s’inséra le long de ma raie, glissa entre mes jambes que j’écartais légèrement pour qu’il aille flatter mes boules. Cette manipulation fit glisser légèrement mon short qui ne tenait plus que par la raideur de mon sexe. Etant informé sur mon acceptation, il me fit faire demi tour. Maintenant, nous étions face à face à nous dévisager. Mes mains ne restèrent pas inactives. Je caressais son torse m’arrêtant sur ses tétons. Pendant ce temps, il tira sur l’élastique de mon short pour le libérer de mon sexe qui le retenait. J’étais tellement excité que la queue se retrouva presque à la verticale. Une fois mon short à terre, il retira mon tee-shirt. Nu devant lui, il recula un peu pour avoir une vue d’ensemble. Il retira aussi son short, ce qui laissa apparaître des attributs que je trouvais forts appétissants. Son sexe d’une taille moyenne mais bien droit, était perpendiculaire à son ventre recouvert d’une toison grisonnante très bien entretenue. Ses boules étaient remontées ne formant qu’un paquet.

Il se rapprocha jusqu’à ce que se collent nos corps, nos sexes l’un contre l’autre, nos langues tournant dans nos bouches unies. Nos mains parcouraient nos dos jusqu’aux fesses que nous malaxions pour être encore plus collés.
Je sentais qu’il voulait prendre les initiatives et je le laissais faire. Il nous sépara, pour m’adosser à l’escabeau. Ainsi, il pouvait lécher mon cou, descendre vers mes tétons qu’il suçait, tétait, aspirait, mordillait. Avec ce traitement, je ne pouvais résister à pousser quelques gémissements qui semblaient le ravir. Je lui dis que la position n’était pas confortable, alors il me déplaça sur la table de ping pong. Positionné sur le dos, mes jambes pendantes, il tira sur mes boules pour décalotter lentement et au maximum mon gland. Sa bouche bien humide et chaude calma la douleur que ce traitement m’infligeait. Son va et vient engloutissait entièrement ma verge. Je sentais son nez et son souffle lorsqu’il touchait mon pubis rasé. Ayant satisfait à cette première étape, il me releva un peu plus afin de pouvoir m’écarter les jambes et avoir accès à ma raie. Il continuait à triturer mes boules, me recalottant pour tirer de nouveau mes couilles pour dégager mon gland toujours au maximum ce qui ouvrait légèrement l’urètre dans lequel le bout de sa langue qu’il rendait pointu pénétrait. Ce traitement me faisait glousser. Il me demanda de tenir mes jambes relevées pour avoir les mains libres et me triturer les tétons. Chaque fois que j’utilisais une de mes mains, il me repoussait. Il m’interdisait tout initiative.
J’étais convaincu à présent qu’il voulait me dominer, ce qui n’était pas pour me déplaire.

Le cul relevé, il goba mes boules légèrement pendantes avant d’écarter mes fesses, pour y déposer de la salive afin que sa langue puisse atteindre plus facilement ma rondelle. Sa langue très active, se faisant dure pour forcer l’entrée de mon sphincter. N’y parvenant pas, il remit de la salive, ouvrit ma rondelle avec ses doigts. Cette fois, sa langue pouvait s’introduire et s’agiter.

Une fois satisfait, il introduit entièrement son indexe. Cela fut plus facile le faisant aller et venir, tournoyer pour dilater mon sphincter. Me détendant au fur et à mesure de ce massage anal, il y mit un deuxième doigt pour élargir le passage. Je grognais le plaisir à chaque mouvement.

Mon cul bien préparé, il présenta sa bite encapuchonnée d’un préservatif. Sans trop de difficulté, son chibre m’investit progressivement, puis entièrement. Je sentais son ventre heurter mes boules à chaque mouvement.

Je ne pensais pas qu’il fut si endurant. Son pilonnage dura une éternité, j’avais l’impression que mon cul était en feu. Pourtant cette sensation ne m’empêchait pas d’avoir toujours une érection très dure. Soudain il prit mon sexe pour le branler en cadence avec ses vas et viens.
Il eut juste le temps de retirer son préservatif pour que nos éjaculations soient bien synchronisées. Je reçus une grande quantité de sperme sur mon corps. Pour terminer sa domination, avec sa main il ramassa du sperme qu’il me fit avaler. Après quelques minutes de repos, il me roula une pelle finissant de nettoyer mes lèvres du reste de sperme.

Il m’a invité dans le jardin pour me laver. Il prit le tuyau d’arrosage pour me rincer le torse. Sa main me frottait énergiquement. Une fois terminé, il partit chercher une serviette, revint avec deux bières.

C’est en buvant encore nus dans le jardin que nous avons pu regarder la carte, qui je dois dire était un peu froissée, pour trouver la ferme. Elle n’était pas très loin. Je remis mon short et mon tee-shirt pour continuer ma balade. Toujours à poil, il me raccompagna vers la porte qui donnait sur la route. Avant de partir, il me dit :

– tu peux revenir quand tu veux !
– Ce sera avec plaisir répondis-je.

Il reprit sa tondeuse toujours à poils pour finir son travail.

Mes couilles vides, mon cul sensible, je repris ma recherche. Après quelques minutes, j’aperçus des tunnels en plastiques dans un champ. Je pris le chemin de terre. Me rapprochant d’une maison en bois, j’entendais des cris de jeux. Encore caché par des buissons, j’aperçus les deux jeunes fermiers jouant dans une grande mare. Je restais un moment pour les observer, constater qu’ils étaient nus. Ils s’éclaboussaient, se jetaient dans l’eau, grimpaient sur le dos de l’un de l’autre, couraient l’un après l’autre pour jouer à chat bite.
Un peu épuisés, ils montèrent sur le ponton. Je pus voir leurs queues bien raides. Leurs jeux n’étaient pas anodins. L’un essuya son frère sans oublier au passage se laisser caresser la bite.

Afin de ne pas les déranger, je repris le chemin en sens inverse sans faire de bruit, me disant qu’il faudrait que je revienne acheter des légumes et faire un peu plus connaissance avec ces deux frères qui avaient l’air de bien s’entendre.