Histoires gays Premières histoires de sexe

Julie et Katia ( Chapitre 12 )

Julie et Katia ( Chapitre 12 )



Julie et Katia ( Chapitre 12 )
( Pour une meilleure compréhension de cet épisode , lire les précédents disponibles sur notre profil )

Mi-août . Un appart . Deux femmes . Un autre débrief .

Le trajet du retour en taxi se fit dans un silence religieux . Elles avaient pris place sur la banquette arrière , chacune la tête collée à la vitre , regardant défiler l’enfilade de rues . Ce n’est pas qu’elles ne voulaient pas discuter de leur soirée , ça ne regardait tout simplement pas le chauffeur . De plus , quand il s’était garé devant la demeure d’Archi , il avait eu un regard lubrique à leur égard ; ce qui avait particulièrement énervé Katia , ayant failli copieusement l’insulter avant que Julie ne la calme en lui pressant le bras .

Une fois qu’elles avaient passé la porte de l’appart , ce fut tout autre chose . La chaleureuse ambiance qu’elles avaient laissée chez Archi reprit le dessus . Vêtues comme à l’aller et pressées de prendre une bonne douche , elles ne se posèrent plus de questions à propose de leur nudité et de leur pudeur , elles évoluèrent rapidement à poil dans l’appart . Julie courant sous la douche , Katia affairée à la cuisine à préparer un petit encas nocturne . Cette partie de sexe leur avait donné une faim de loup .

Julie sortit de la douche assez vite , elle n’avait pas pris la peine de revêtir le moindre artifice . Elle s’avança vers Katia qui terminait des toasts sucrés et lui colla une bonne main aux fesses .

J- T’aimes ça hein , espèce de cochonne !
K- Arrête , je suis calmée moi , je te promets que j’ai ma dose là ! Deux soirées de suite à se faire baiser , je n’en peux plus …

Accentuant la caresse et descendant vers son sexe , Julie alla vérifier les dires de son amie .

J- Pourquoi mouilles-tu encore à ce point alors ? C’est être dans cet état là que tu appelles être calmée ?
K- Psychiquement oui ! Je vais prendre ma douche aussi , et tu verras que je dis vrai .
J- On verra oui ! Donne-moi le couteau que je finisse de tartiner ..

Sous l’eau chaude , Katia se mit à penser à tout ce qu’il leur était arrivé depuis moins d’une semaine . Ce n’était pas tant les relations tarifées qui la dérangeait , elles en avaient besoin , c’était de l’argent facile à prendre , en occultant le côté honteux de ce genre de commerce des corps . Ce qui la tracassait c’était le comportement de Julie , qui encore dans l’euphorie de leur soirée , comptait remettre ça avec elle , ici , dans leur appart , où elles avaient toujours vécu comme deux amies . Non pas comme deux amantes .
Cependant , un autre tracas s’était emparé d’elle . Elle avait pris du plaisir avec Julie , elle y avait pris goût très vite et des pulsions naissaient en elle , lui donnant envie de recommencer . Au pire , pensa-t’elle silencieusement en se séchant les cheveux , elles pourraient s’octroyer une dernière récréation lesbienne puis reprendre le cours normale de leur vie amicale . C’était faisable .

Pour ne pas provoquer Julie et ne pas lui montrer qu’une nouvelle séance de lèche-minou était envisageable , elle enfila un large shorty en satin fuschia qu’elle recouvrit de son kimono noir . Elle sortit et vint s’attabler , pressée de se remplir le ventre .

Julie posa tout le nécessaire sur la table , prit place sur le côté de la table , sur la droite de son amie qui plongea une main dans le plateau , s’emparant de quelques toasts . Toujours entièrement nue , Julie regardait Katia enfourner tartines sur tartines , avalant quelques gorgées de cafés pour faire descendre tout ça . D’humeur coquine , elle remit le sujet sur la table , un peu plus sérieusement .

J- Alors , dis moi comment tu as vécu cette soirée ? Tu veux en parler au moins ?
K- Malgré que ce fut assez spécial , je peux dire que ça m’a plu .
J- Tout ?
K- Oui tout …
J- Même les moments passés avec moi ? On a pas eu trop le temps ni l’occasion d’en parler depuis que nous sommes parties .
K- Je dois avouer que c’est ce qui m’a donné le plus de plaisir …
J- Ah bon ? Pourtant c’est sur sa queue que tu as joui , pas sous les effets de ma langue ..
K- J’en étais pas loin , c’est pour ça que j’ai vite trouvé mon compte quand je suis allée m’empaler sur lui .
J- C’est bien ce qui me semblait que je t’avais sentie fébrile et sensible à mes coups de langue ..

Katia ne répondit rien , elle mangeait . Puis , aussi , elle savait que le terrain devenait de plus en plus glissant sachant que si elle continuait à évoquer leur relation bisexuelle de la soirée , l’envie de recommencer poindrait le bout de son nez et il lui serait difficile d’y résister tant elle avait apprécié la douceur des caresses buccales de son amie . Certes elle était partante pour recommencer , mais elle craignait le après , pour l’avenir de leur relation amicale . Pour changer de sujet tout en restant axée sur la soirée , elle enchaîna :

K- C’était un bon coup quand même ce mec , malgré son handicap ?
J- Excellent coup tu veux dire . Je sens encore ses coups de butoir en moi . Il bandait dur , hyper dur , quel plaisir de le chevaucher .
K- En effet , il était au top de sa forme apparemment . Je pense que les instants qu’on lui a offerts l’a excité au plus haut point .
J- Oui , c’est pour ça qu’il n’en pouvait plus lorsque je suis venue sur lui . Je sentais des spasmes de plus en plus réguliers dans sa queue , je savais qu’il n’en avait plus pour longtemps avant d’éjaculer .
K- C’est pour ça que tu t’es retirée de lui bien avant qu’il ne se finisse sur nous ?
J- Oui , ça aurait été dommage qu’il remplisse sa capote , non ?
K- Je confirme …

Julie avait pris la place de Katia sur le sexe endurci d’Archi , sa poitrine collée contre son visage . Le fauteuil à peine tourné sur le côté permettait à Archi d’avoir un oeil sur Katia qui , étendu sur le lit , avait entamé de se masturber doucement pour profiter de sa jouissance jusqu’au bout . Cette vision tout en étant limé par Julie l’avait fait monter dans les tours de l’excitation . Au bout de quelques instants , il avait donné une légère tape sur les fesses de Julie afin qu’elle se relève , avait déroulé le préservatif pour se finir à la main . Voyant les deux filles se mettre à genoux au plus près de lui devant le fauteuil , il s’était relevé le plus possible sur l’assise et avait pu ainsi leur arroser les seins de son sperme chaud , avec de longs et puissants jets .

J- Il en avait en réserve en tout cas ! Un grand éjaculateur …

Après avoir dit ça , elle se passa un doigt sur un sein , comme pour mimer ce qu’elle avait fait deux heures plus tôt , en récoltant du sperme de son doigt et de se le passer entre les lèvres pour mieux le déguster du bout de sa langue . Katia la voyant faire repensa à ce moment :

K- Tu deviens une vraie petite salope hein !! Je ne te connaissais pas comme ça …
J- Et je crois que tu n’as encore rien vu …..
K- Ah oui ?
J- Tu ne peux pas imaginer comme j’ai envie de toi , de sentir ton corps contre le mien , de venir te lécher encore et encore …
K- Nous y voilà !
J- Nous y voilà quoi ?
K- Figure-toi que je ne sais pas , je ne sais plus …
J- Ecoute , je vais être franche avec toi ma belle . Depuis que je te connais , je t’ai toujours admiré pour ton courage , ta force , ta simplicité et ta beauté . Je te rassure , je n’ai jamais été jalouse de toi mais j’ai toujours voulu te ressembler , tu es un modèle pour moi . De plus , tu comptes beaucoup pour moi , beaucoup plus que je ne le pensais , tu es une formidable amie que j’ai toujours estimée et respectée . Je ne m’en cache plus , je pense que secrètement , au plus profond de moi , est né un sentiment plus fort que l’amitié que j’ai toujours ignoré . Un truc qui dormait en moi . Et hier matin , quand je t’ai surprise les nichons à l’air , la seule pensée que j’ai eue c’est de les toucher . J’ai eu peur de moi , je ne me reconnaissais plus . Bien entendu j’étais encore toute excitée par la nuit que j’avais passée avec Antoine et ses menottes , je pensais que ça venait de là . Pendant mon footing de hier , je n’ai cessé de penser à ta poitrine , à toi . Le plan d’Archi est arrivé par là-dessus me permettant d’accéder à un fantasme longtemps enfoui en moi , qui a resurgit me le prenant en pleine face . Donc oui , Katia , j’ai encore envie de toi . Ce n’est pas une demande , c’est un fait …

Durant cette longue tirade , Katia n’avait cessé de la regarder dans les yeux , ne clignant même pas une seule paupière . De ses yeux , elle y avait lu de la sincérité et , il est vrai , un sentiment plus fort que de l’amitié . C’était indéniable , elle ne lui avait pas menti . Elle cherchait quoi lui répondre en occultant le fait que au fond d’elle , elle avait encore envie de se laisser aller dans ses bras , contre elle , entre ses cuisses . Elle avait juste peur que cela ne vienne perturber leur vie . Rapidement elle décida de lui donner une réponse mi-figue , mi-raisin .

K- Je te remercie pour ta franchise , elle me touche au fond du coeur . Sache que j’ai passé un excellent moment avec toi , ça m’a plus , je ne te mentirai pas , je n’en ai pas le droit . Tu es aussi pour moi , une amie exceptionnelle avec qui j’aime ma vie , avec qui je me sens bien . Ce qu’il s’est passé cette nuit restera unique . Je suis désolée de voir les choses autrement que toi . C’était formidable , c’était bon , c’était passionné , j’ai pris du plaisir avec toi . Mais , Julie , tu resteras mon amie , pas mon amante .

Julie encaissa le coup , déçue . Elle avait espérer qu’elle la toucherait un peu plus pour lui permettre de s’ouvrir totalement à elle . La discussion n’ira pas plus loin . Elles avaient mangé comme deux ogresses et le sommeil fit son apparition dans leurs yeux . Elle fut la première à se lever , débarrassa son mug et ses couverts dans l’évier , revint à table , en fit le tour et déposa un baiser sur le front de Katia .

J- Merci pour ta réponse et pardonne-moi si je t’ai fait du mal . Je suis crevée , je vais dormir , bonne nuit et à demain …
K- Encore désolée de ne pas être sur la même longueur d’onde que toi . Bonne nuit .
Julie traversa la cuisine , se dirigea vers sa chambre . Nue . Katia la regarda partir et mata les courbes sublimes de ses petites fesses bouger au gré de ses pas . Une décharge électrique la traversa . La porte se referma . Elle termina son café . Rangea le reste . Se leva et s’en alla se coucher . Dormir .

Deux heures passèrent .

L’oreiller de Julie subissait son lourd sommeil . Dès qu’elle avait franchi la porte de sa chambre , elle s’était laissée tomber sur le matelas , s’était recouverte uniquement de son drap et dans de belles pensées érotiques avait trouvé le sommeil facilement .

Loin du cas de Katia . Depuis qu’elle s’était couchée qu’elle cherchait le sommeil , bien caché . Les paroles de Julie à son égard tournaient en boucle dans son esprit . Elle n’espérait qu’une chose ; que Julie ne soit pas fâchée contre elle . Que cette soirée ne vienne pas transformer leur amitié . Elle repensait encore et encore à ce qu’elles avaient vécu lors de cette soirée , avant de s’emparer de l’enveloppe tendue par Archi , cachée elle aussi avec les préservatifs dans la pochette sur le fauteuil .
Tout s’était déroulé dans une ambiance merveilleuse . Malgré elle , elle avait repoussé les avances de son amie . Les images de la soirée se bousculaient dans sa tête , des flash de son plaisir avec Archi lui revenaient poussés instantanément par les images d’elle et Julie . Elle revit aussi la dernière image qu’elle avait eue aujourd’hui de son amie : cette magnifique petite paire de fesses bien rondes desquelles on pouvait apercevoir la naissance de son abricot . Elle se souvint aussi de la petite décharge électrique qui l’avait traversée . Tout ceci n’était pas anodin ; oui , elle aussi avait envie d’elle .

Le flot de ces pensées provoqua en elle une excitation . Elle sentit son sexe s’affoler , ses tétons se durcir lentement . Elle passa une main dans son shorty , et constata qu’elle mouillait toujours depuis le début de la soirée et qu’elle était loin d’être asséchée . Pour être sûre de trouver enfin le sommeil , elle décida de se masturber pour jouir à nouveau et tomber de fatigue . Elle releva ses genoux , posant ses pieds sur le matelas et écarta les jambes , ne prenant pas la peine de retirer le shorty tant elle était pressée de se caresser . Son clitoris pincé savamment entre son index et son majeur devint dur en un tour de doigt , de son autre main elle se toucha la vulve et se mit un doigt en elle . Un court gémissement sourd sortit de sa gorge . Elle accéléra le rythme , pensant trouver la jouissance . En vain . Un second doigt rejoignit le premier en elle , elle se frottait énergiquement la chatte mais rien n’y faisait . Alors , elle mit son imagination en route et la première image qui lui vint fut celle de la tête de Julie entre ses cuisses .
Elle cessa toute action , tentant de chasser cette image de son esprit . Mais elle avait enclenché la machine et rien ne pourrait l’arrêter …. Rien , sauf une seule chose . Merde se dit-elle !

Elle se leva , sortit de son lit , de sa chambre et longea le mur entre les deux portes des chambres . Mit la main sur la poignée , l’activa le plus doucement possible et poussa la porte lentement . Sur la pointe des pieds elle entra dans la chambre , elle vit Julie dormant sur le flanc , le drap recouvrant la moitié de son corps laissant dépasser sa petite paire de fesses . Katia resta devant le lit , hésitante . L’envie était plus forte que tout et elle savait que ce qu’elle allait faire serait sûrement un point de non-retour . Soit elle faisait demi-tour , retournant dans sa couche sans trouver pour autant le sommeil , soit elle rejoignait son amie dans son lit prenant à nouveau de plaisir avec elle . La chaleur dans son bas-ventre eut le dernier mot .

Elle s’approcha du lit et s’étendit à côté de son amie , passant un bras autour d’elle , une main saisissant un sein lourd et chaud . Elle prit le drap et les recouvrit entièrement . Ce qui réveilla Julie sur le champ , qui se retourna vers son amie :

J- Mais , que fais-tu ?
K- Chut , tais-toi !

Katia embrassa Julie à pleine bouche qui lui rendit son étreinte . Les langues se trouvèrent , les mains se promenèrent , cherchant les seins , les hanches , les pubis , les vulves , les clitoris . En moins de deux minutes de caresses , elles se retrouvèrent nues bouche contre sexe à se prodiguer réciproquement deux cunnilingus endiablés , laissant échapper leur fougue et leurs envies respectives .

Fort heureuse de ce revirement de situation , Julie bouffait la chatte de Katia avec avidité . Elle profitait de ce cadeau offert sûrement pour la dernière fois , lui donnant de grands coups de langues , la fouillant du bout de sa langue chaude , lui mordillant le clitoris , sans pour autant oublier de lui caresser sa poitrine qu’elle adorait par dessus tout .

Quant à elle , étant sous Julie , Katia prenait encore du plaisir à se délecter du doux nectar qui coulait de la chatte de sa colocataire . Lentement elle lui donnait également des coups de langue , elle la léchait autrement , différemment , prenant un tout autre plaisir que son amie . Elle savourait ce moment car elle savait que c’était le dernier . Elle profitait du corps de Julie comme elle en avait déjà profité chez Archi , pensant uniquement à son plaisir personnel . Entre ses cuisses , elle sentait que Julie la jouait autrement , elle sentait qu’elle avait envie de lui procurer des sensations uniques , voulant lui démontrer qu’elle pouvait être à la hauteur d’un homme . Elle comprenait aussi les paroles qu’elle lui avait dites lors de leur petit encas avant de se mettre au lit . Oui , il y avait plus que de l’amitié dans les sentiments de Julie .

Non rassasiées par cette séance nocturne de léchage de minous , elles se mirent face à face , passant leurs jambes sous les jambes de l’autre et arrivèrent à coller l’une à l’autre leurs deux vulves , qu’elles frottaient tendrement . Les yeux dans les yeux , voulant revivre le scénario d’Archi avec son double gode .
Le résultat ne se fit pas attendre , elles eurent simultanément un orgasme des plus voluptueux , après lequel elles se laissèrent tomber sur le dos repues . Enfin .

Après quelques minutes de reprise de souffle , Katia se leva , embrassa Julie sur le front et s’approcha de la porte . Juste avant de sortir , elle entendit :

J- Merci !
K- Bonne nuit …

La porte se ferma . Katia retourna dans son lit , se coucha nue et trouva le sommeil peu de temps après tellement elle était fatiguée . Son cerveau s’étant enfin mis en mode veille . Ce fut le cas également pour Julie , qui encore sous l’effet de la surprise de la visite de Katia , fut prise par le sommeil pendant qu’elle revivait encore cette fabuleuse journée .

Sur le coup de midi , Katia se leva . Vêtue de son kimono , elle prépara un autre petit-déjeuner . En attendant que le café finisse de couler , elle ouvrit le pc portable ayant comme idée d’aller lire les mails arrivés depuis la veille . Mails qu’elles n’avaient pas ouverts après avoir lu le dernier d’Archi .
Comme à son habitude , elle fit un tri rapide et fut intriguée par celui signée d’un nom qu’elle n’avait encore ni jamais entendu , ni jamais lu . Une certaine Théa !
Elle lut et relut le message :

“ Bonsoir vous deux ,
Ayant pour habitude d’organiser des soirées de prestiges dans mon château , j’aimerais que vous puissiez vous joindre à nous . Ma prochaine réception aura lieu le prochain week-end . Je joins à ce mail diverses photos de ma propriété . Ferez-vous partie des nôtres ? Je le souhaite fortement .
J’attends votre retour .
Théa “

Le cerveau encore embrumée par la soirée chez Archi et la nuit avec Julie . Surtout son entrée dans sa chambre et le fait qu’elles aient encore fait l’amour ensemble alors qu’elle avait promis qu’elle ne recommencerait plus . Tout n’était pas encore réglé qu’une autre demande , sûrement tout aussi spéciale que celles des jours précédents faisait irruption dans leur vie d’apprenties putes .

Hé oui , les filles , il faut assumer vos actes . L’argent facile c’est bien beau mais il faut s’accoutumer de tout . Quatre milles euros en deux nuits , c’est bien , c’est même très bien pour les deux débutantes que vous êtes . C’est pas le tout de tailler des pipes dans vos chambres à des beaux gosses fortunés , c’est pas le tout de jouer la belle salope vêtue de cuir avec Brice , c’est pas le tout d’essayer la soumission soft avec Antoine dans une suite d’hôtel , c’est pas le tout de découvrir le plaisir lesbien sorti de l’imagination perverse d’Archi …. La vie continue . Julie dort encore . Mais comment va t’elle agir avec Katia . Et vice versa . Agir . Subir . Vivre . Survivre .

C’était un jeudi matin pas comme les autres dans un appartement . Après-demain samedi . La soirée de prestige de Théa ! Qu’est ce qu’une soirée de prestige ? Qui est cette Théa ? Que veut-elle ?

Katia , ne voulant pas rester seule , se leva et fit irruption dans la chambre de Julie , se jetant sur les rideaux laissant entrer le soleil . S’approcha du lit et lui mit une tape sur sa jolie petite paire de fesses .

K- Lève-toi , il est midi passé , ton petit-déjeuner est prêt et je ne veux pas rester toute seule …
J- Rhooo , s’il te plait , laisse-moi encore dormir un peu !
K- Non , non , non !! Viens lire le mail étrange que nous avons reçu .

Sur ces paroles , Julie sauta du lit et sans même penser à enfiler quoi que ce soit , se dirigea vers l’ordinateur et lut le mail .

J- Ouais , pas mal ! Faut voir , à réfléchir ……. Mais dis-moi , tu m’as pas tapé sur les fesses tout de suite ?

Sans rien lui répondre , Katia se colla contre elle et l’embrassa à pleine bouche ….

( à suivre )